Le président chinois Xi Jinping s’est exprimé à l’occasion des commémorations du 110e anniversaire de la Révolution de 1911, qui renversa la dernière dynastie de Chine, les Qing.

A cette occasion, Xi Jinping a promis une «réunification» inéluctable avec Taïwan par des moyens «pacifiques», alors que l’île dénonce ces derniers jours le nombre record d’incursions d’avions militaires de Pékin.

Le 110e anniversaire de la Révolution de 1911 est célébré en Chine Chine, le 9 octobre, et a également été célébré le lendemain à Taïwan où Sun Yat-sen, le premier et éphémère président chinois, considéré comme le père de la République de Chine.

Taïwan est dirigé par un pouvoir qui lui est propre depuis la victoire des communistes sur le Continent en 1949.

La Chine considère l’île comme une de ses provinces. Elle menace de recourir à la force en cas de proclamation formelle d’indépendance de Taiwan, qui n’est pas un pays pour la communauté internationale.

«Réaliser la réunification de la patrie par des moyens pacifiques est dans l’intérêt général de la nation chinoise, y compris des compatriotes de Taïwan», a déclaré Xi Jinping dans l’immense Palais du peuple à Pékin, avec en fond un portrait de Sun Yat-sen.

En dépit de leur rivalité politique et historique, Pékin comme Taipei tirent leur légitimité de la Révolution de 1911. «La réunification de notre pays peut être réalisée et le sera», a assuré Xi Jinping, mettant en garde contre toute ingérence étrangère.

«La question de Taïwan est une affaire purement interne à la Chine», a-t-il martelé, alors que Washington a reconnu vendredi entraîner discrètement l’armée taïwanaise depuis des mois.

«Nul ne doit sous-estimer la forte détermination […] du peuple chinois à défendre la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale», a averti Xi Jinping.

La commémoration de la Révolution de 1911 est l’un des rares événements à unir la Chine et Taïwan. La dirigeante de l’île, Tsai Ing-wen a aussi prononcé un discours dans lequel, elle assure que Taiwan ne cédera pas face à la Chine.

Lire aussiTaïwan ne cèdera pas face à la Chine qui exige la signature du Consensus de 1992

«Ceux qui trahissent la patrie et divisent le pays ne finissent jamais bien», a lancé Xi Jinping en direction des indépendantistes taïwanais.

Les célébrations des événements de 1911 interviennent dans un contexte de tensions dans le détroit de Taïwan, après la plus vaste incursion ces derniers jours d’avions militaires chinois dans la zone d’identification de défense aérienne de Taiwan.

Lire aussi : Taïwan dit craindre une « invasion à grande échelle » de la Chine

A Hong Kong, les anciens vaincus de la guerre civile chinoise craignent d’être arrêtés s’ils célèbrent la fête nationale de Taïwan, en vertu de la nouvelle loi drastique sur la sécurité nationale.

La fête nationale de Taiwan du 10 octobre, connue sous le nom de «Double Dix», marque l’anniversaire le 10 octobre du soulèvement de 1911 qui a conduit au renversement de la dynastie Qing et à la naissance à la nouvelle République de Chine.

Après sa défaite face au Parti Communiste Chinois en 1949, le Kuomintang (KMT) s’est réfugié à Taïwan, où la République s’est installée. À Hong Kong, les partisans du KMT ont longtemps arboré des drapeaux taïwanais pour célébrer cette journée en grande pompe.

La Chine continentale reconnaît depuis longtemps l’importance historique de cette date, mais les autorités de Hong Kong ne souhaitent pas autoriser les manifestations de sentiments pro-Taïwan.

Le mois dernier, le chef de la sécurité de Hong Kong, Chris Tang, a averti que la célébration du «Double Dix» pourrait constituer un soutien à l’indépendance de Taïwan, ce qui représente un crime en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité nationale.