Experts et décideurs politiques africains ont salué le soutien croissant de la Chine dans les institutions africaines dans le secteur de la santé publique, mettant en avant la contribution de la Chine au développement institutionnel et technique du Centre de contrôle et de prévention des maladies africain (CDC Afrique). .

La coopéation entre la Chine et l’Afrique dans le domaine de la santé publique a franchi une nouvelle étape avec le lancement de la construction du futur siège du Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) africain, un projet soutenu par la Chine.

Ce centre deviendra l’agence technique spécialisée de l’Union africaine (UA) dans le secteur de la santé. Amira Elfadil, commissaire de l’UA aux affaires sociales, a indiqué que « la Chine continue d’envoyer des experts médicaux ici, y compris leur personnel de CDC ».

Elle a également révélé que la construction du siège du CDC devrait débuter d’ici à 2020. Une fois achevé, le CDC Afrique derait être « le meilleur établissement pour le contrôle et la prévention des maladies sur le continent africain ».

John Nkengasong, directeur du CDC Afrique, a expliqué à l’agence de presse Xinhua que, « dans le cadre du soutien de la Chine au CDC Afrique, deux experts chinois travaillaient actuellement avec des experts africains au siège du CDC Afrique pour développer ce centre ».

Le CDC Afrique, lancé officiellement en janvier 2017, a mené différentes activités, avec lesquelles il a pu aider au moins 9 pays membres de l’UA à répondre efficacement à 12 foyers du virus Ébola, selon les chiffres du CDC Afrique.

« La Chine a contribué significativement à la lutte continue de l’Afrique contre l’épidémie d’Ebola ainsi qu’au développement du CDC Afrique », a déclaré John Nkengasong. Selon lui, « la Chine a déployé des experts dans les pays voisins de la République démocratique du Congo (RDC) », qualifiant la contribution de la Chine de « soutien important pour détecter et enrayer la propagation du virus Ebola ».

« Le gouvernement chinois a déployé des experts dans les pays voisins, en Ouganda et dans d’autres pays car il est très important que nous ne nous concentrions pas uniquement sur la RDC mais aussi sur les pays voisins, au cas où le virus s’échapperait », a souligné John Nkengasong.