Le communiqué de presse des dirigeants du Sud-Est asiatique réunis en sommet à Manille n’a pas condamné la politique chinoise en mer de Chine méridionale.

En effet, Beijing revendique la quasi totalité des îles en mer de Chine méridionale, mettant en place des infrastructures sur certaines d’entre elles, et notamment des installations militaires.

Le président philippin Rodrigo Duterte, président du sommet de l’Association des pays d’Asie du Sud-Est (Asean), a évoqué succinctement le contentieux en mer de Chine méridionale, assurant prendre acte « des inquiétudes exprimées par certains dirigeants au sujet de récents développements dans la zone ».

Rodrigo Duterte a eu plusieurs déclarations contradictoires ces derniers mois, assurant d’une part, une franche concertation avec la Chine sur le dossier, pour ensuite menacer de planter du drapeau philippin sur l’une des îles contestées.

Or les 10 membres de l’ASEAN n’ont fait aucune mention du jugement de la Cour permanente d’arbitrage attestant que les prétentions souveraines de Beijing sur cette mer étaient illégales.

Ces îles disputées par la Chine et 4 membres de l’Asean (Brunei, Malaisie, Philippines et Vietnam)  sont rarement mentionnées dans les communiqués de l’ASEAN.

L’association préfère s’en tenir au partenariat économique et commercial avec la Chine, mettant de côté les conflits territoriaux. Raison pour laquelle, le communiqué diffusé c ce dimanche 30 avril « réaffirme l’importance du maintien de la paix, de la stabilité, de la sécurité et de la liberté de navigation et de survol » de la mer de Chine méridionale.

Il souligne également l’importance « de faire preuve de retenue (…) et d’éviter toute action qui compliquerait la situation« . D’ailleurs, quelques jours avant ce sommet, l’ambassadeur de Chine à l’ASEAN, Xu Bu, et le représentant permanent de Singapour à l’ASEAN, Chen Han-cheng, ont fait état de l’évolution des échanges commerciaux Chine-ASEAN.

Ceux-ci ont atteint 452,2 milliards de dollars (425 mds €) en 2016, faisant de la Chine, le plus important partenaire commercial de l’ASEAN. De son côté, l’ASEAN est le 3ème partenaire de la Chine, sont 4ème exportateur et son 2nd importateur .

Chen Han-cheng a salué les résultats obtenus en 2016 dans le développement des relations de coopération Chine-ASEAN, remerciant également le soutien chinois au développement de l’ASEAN ainsi qu’à la construction de la communauté de l’ASEAN.

« L’ASEAN est toujours une priorité dans la politique extérieure de la Chine et Beijing continuera de soutenir le rôle central de l’ASEAN dans la coopération régionale et le rôle plus grand de l’Association dans les questions régionales et internationales« , a assuré Xu Bu.

Sommet de l’ASEAN+3, ne pas brusquer Beijing