vendredi, juillet 12

Le chinois CGGC va construire la centrale hydroélectrique de Chollet

Les gouvernements camerounais et congolais ont décidé de confier l’étude environnementale et la construction du barrage, ainsi que la centrale hydroélectrique de Chollet à China Gezhouba Group Company (CGGC).

Après l’évaluation environnementale et sociale, l’entreprise chinoise construira des installations hydroélectriques capables de produire 600 MW. Le projet hydroélectrique est situé à la frontière entre Yaoundé et Brazzaville.

Les deux pays ont choisi China Gezhouba Group Company (CGGC) pour la construction des nouvelles installations. Selon la partie camerounaise, l’entreprise chinoise a été choisie dans le cadre d’un appel d’offres international «restreint», lancé en décembre 2019.

L’accord de concession a été signé le 12 avril 2021 entre le ministre congolais de l’Énergie et de l’Hydraulique, Serge Blaise Zoniaba ; Gaston Eloundou Essomba, le ministre camerounais de l’Eau et de l’Énergie ; ainsi que les responsables de CGGC.

L’entreprise chinoise a de fait la responsabilité de mener une évaluation environnementale et sociale, suivie de la construction du barrage, la centrale hydroélectrique, les voies d’accès, les postes et les lignes d’évacuation de l’électricité produite à Chollet.

Selon le communiqué, datant du 15 mars 2021 et signé des ministres Gaston Eloundou Essomba et Serge Blaise Zoniaba respectivement ministre de l’Eau et de l’Energie du Cameroun et ministre de l’Energie et de l’Hydraulique du Congo, le projet  devra être réalisé en 3 étapes par la China Gezhouba Group Company (CGGC) :

  • la première consiste aux «études» avec comme déclinaisons barrage, centrale, ouvrage connexes, postes et lignes associées ; voies d’accès au site par les deux pays et impact environnemental et social.
  • la deuxième étape est la «construction» avec : barrage, centrale, ouvrages connexes, postes et lignes associées voies d’accès au site dans les deux pays ; gestion environnementale et sociale et renforcement des capacités et transfert des compétences.
  • la troisième étape concerne la «mise en service et exploitation», avec la signature de l’accord de projet. Pour l’heure, les délais d’exécution des travaux des travaux ne sont pas encore connus.

Dans le cadre d’un contrat BOT (Build Operate Tranfer), la société chinoise CGGC construira un barrage de 108 m de hauteur, formant une chute de 85m sur la rivière Dja (aussi appelée rivière Ngoko, Ndlr), qui traverse le Cameroun et le Congo avant de se joindre à la rivière Sangha, elle-même affluent du fleuve Congo.

Le projet qui nécessitera un investissement de 700 millions de dollars (630 M€) pourrait être livré d’ici à 2025, selon le Comité de pilotage inter-État formé pour la gestion du projet.

L’électricité produite à Chollet servira le Cameroun et le Congo, qui n’excluent pas la possibilité de vendre une partie de l’électricité aux pays voisins notamment la République centrafricaine (RCA) et le Gabon.

De plus, les nouvelles infrastructures sont construites dans le cadre du projet d’interconnexion sous-régionale Cameroun-Congo-Gabon-Centrafrique, soutenue par des institutions financières à l’instar de la Banque africaine de développement (BAD).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *