Alors que les tensions diplomatiques entre la Chine et l’Australie ne s’apaisent pas, la coopération économique et commerciale entre les deux pays ont augmenté en 2021.

Dernier évènement en date. La Chine a fustigé ce 6 juin l’Australie après un incident aérien en mer de Chine méridionale, l’appelant à la «prudence» afin d’éviter des «erreurs d’appréciation» qui pourraient entraîner de «graves conséquences».

Proche alliée des Etats-Unis, l’Australie a accusé dimanche la Chine, avec laquelle elle est en froid, d’avoir mis en danger un de ses avions militaires, le 26 mai, au-dessus de la mer de Chine méridionale.

Lire aussi : Sydney accuse l’aviation chinoise d’interception dangereuse

Malgré ce contexte diplomatique, la coopération économique et commerciale entre la Chine et l’Australie a connu un développement stable en 2021, la Chine restant le plus important partenaire commercial de l’Australie pour les marchandises, a déclaré jeudi le ministère du Commerce.

Le commerce bilatéral s’est élevé à environ 231,2 milliards de dollars l’année dernière, soit une hausse de 35,1% en glissement annuel, a annoncé Gao Feng, porte-parole du ministère.

De plus, les importations de la Chine en provenance de l’Australie ont atteint 164,82 milliards de dollars en 2021, en hausse de 40,6% par rapport à l’année précédente.

Cette année marque le 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l’Australie. Pour Gao Feng, « la coopération économique et commerciale avait été l’un des moteurs les plus actifs et les plus dynamiques de la promotion des relations bilatérales au cours des 50 dernières années ».

« Le développement sain et stable des relations Chine-Australie sert les intérêts fondamentaux et les aspirations communes des deux peuples, et contribue à la paix, à la stabilité et à la prospérité de la région Asie-Pacifique », a souligné le porte-parole.

Ce dernier a dit espérer que le nouveau gouvernement australien fera face aux « noeuds des relations bilatérales, traiterait la Chine et son développement d’une manière objective et rationnelle, et ferait davantage d’efforts pour accroître la confiance mutuelle et la coopération, afin de créer des conditions favorables au développement sain des relations économiques et commerciales bilatérales ».