Le culte de Wang Ye (chinois : 王爺信仰) est une religion populaire de la province chinoise du Fujian et de Taïwan, souvent considérée comme un aspect du système de croyance taoïste. Wang Ye est particulièrement vénéré dans le sud de Taïwan.

La croyance habituelle est que Wang Ye (王爺 : Wángyé, «seigneur royal»), sont des émissaires divins qui parcourent le monde des vivants au nom du royaume céleste. Ils expulsent la maladie et le mal de ceux qui les adorent.

Un temple qui abrite un Wang Ye est généralement appelé 代天府 (daitian fu : «palais représentant le ciel»), et la visite de Wang Ye est connue sous le nom (代天巡狩 : Dài Tiān Xúnshòu, «tour de chasse au nom du ciel»).

Les pèlerins chassent ainsi la maladie et la malchance. Ces « tours de chasse » ont lieu selon un cycle régulier d’un nombre d’années déterminé, généralement trois ans.

ORIGINES DU CULTE DE WANG YEH

Le culte de Wang Ye découle donc de la croyance en deux types d’êtres surnaturels, qui sont représentés par deux genres d’esprits : un intellectuel et les héros légendaires. Selon la légende, ces esprits étaient autrefois de vrais êtres humains.

Le premier être surnaturel, objet de de croyance Wang Ye, a commencé avec la légende d’un intellectuel au bon cœur qui s’est sacrifié en se suicidant dans un puits contenant de l’eau toxique, afin d’empêcher les villageois de boire l’eau du puits et ainsi empêcher la propagation de la peste.

Pour empêcher les maladies, comme la peste, de se propager, les gens priaient et faisaient des offrandes à ces êtres qui ont consacré leur propre vie pour le bien-être public. Au fil du temps, ces personnalités sont honorées sous le nom de Wang Ye et sont progressivement devenues des divinités gardiennes locales capables de dissiper les épidémies et les maladies, et de conférer bénédictions et bonne fortune.

Le second type d’esprit représente les héros nationaux qui reçoivent le statut de divinité par l’ordre céleste de l’Empereur de Jade en raison de leurs actes héroïques et de leurs grands sacrifices.

Un exemple est l’esprit de Koxinga, ainsi honoré pour son rôle dans la défense et la protection des Chinois Han contre les forces d’invasion de la dynastie Qing en Chine continentale et les forces coloniales néerlandaises à Taiwan.

Il existe de nombreux Wang Ye : certaines traditions prétendent qu’il y en a 360 au total, dont 132 noms de famille.

Le temple Nankunshen Daitian est considéré comme l’un des temples fondateurs de Wang Ye. Il a été construit en 1817 et est situé à Beimen, Tainan

INCENDIE DU BATEAU WANG YEH 

Les festivals Wang Ye ont lieu dans diverses régions de Taïwan, principalement dans le sud. Ils impliquent généralement des processions de dieux pour éloigner les maladies et apporter la bonne fortune, et se terminent par l’incendie d’une réplique de bateau.

L’un des plus grands festivals de Wang Ye à Taïwan a lieu au temple Donglong (東港東隆宮) qui est situé dans la ville de Donggang, dans le comté de Pingtung, une fois tous les trois ans.

Chargé d’offrandes, le bateau des Wang Ye (cinq émissaires divins venus inspecter les villages des environs, selon les croyances taoïstes) a été mis à feu le 31 octobre à Donggang, dans le district méridional de Pingtung à Taiwan.

Ces festivités remontent à 300 ans lorsque les premiers immigrés chinois, confrontés à la chaleur humide du sud de l’île, se tournaient vers les dieux pour éloigner les épidémies.

Le bateau royal est construit sur une plage du canton de Donggang (東港), signifiant l’expulsion de la divinité. Le festival a lieu une fois tous les trois ans dans le but d’empêcher la propagation des épidémies.

En temps normal, le festival, organisé par le temple Donglong, comprend des événements sur huit jours.

Le King Boat géant (bateau royal géant) mesure plus de 4m de haut et près de 14m de long. Il est lancé dans un «tour royal» pour «attraper» les mauvais esprits des maladies et des catastrophes, tout au long de son avancée sur les eaux.

Tous des trois ans des milliers de fidèles assistent à ce festival, afin de conjurer la malchance et recevoir des bénédictions.

Certaines familles préparent des poupées en papier, qui leur ressemble, ainsi que des sacrifices et de l’encens, pour demander à la divinité de conjurer la malchance lorsque le bateau passe devant leurs maisons, tandis que d’autres allument des pétards.

Le King Boat est transporté sur la plage à minuit et incendié vers 5h30 du matin, symbolisant ainsi la «chasse» des fléaux et le retour du seigneur céleste au ciel.