Le Fonds monétaire international (FMI) a abaissé le 8 octobre sa prévision de croissance économique pour la Chine l’an prochain. Cette décision intervient au moment où Beijing est confronté aux sanctions commerciales du président américain Donald Trump.

Dans ses prévisions économiques mondiales, le FMI maintient inchangée sa prédiction d’un ralentissement de la croissance chinoise cette année à 6,6% contre 6,9% en 2017, comme dans ses prévisions du mois d’avril.

Cependant, pour 2019, la prévision est abaissée à 6,2%, contre 6,4% dans l’estimation précédente. Il s’agirait du plus mauvais score de l’économie chinoise depuis 1990. En effet, le pays avait atteint 14,2% de croissance en 2007, lors des préparations des jeux Olympiques via d’importantes infrastructures.

« Cet abaissement de 0,2 point en 2019 est lié à l’effet négatif des récentes mesures tarifaires, qui devrait toutefois être compensé en partie par une politique de soutien à l’économie », a indiqué le FMI.

La Chine et les Etats-Unis se sont lancés dans une guerre commerciale, dans laquelle l’administration Trump a taxé des produits chinois pour un montant de 250 milliards de dollars (215 mds €) d’importations annuelles, soit la moitié du total.

Washington menace d’imposer des droits de douane punitifs sur la totalité des exportations de la Chine. De son côté, le gouvernement chinois, qui importe beaucoup moins des Etats-Unis qu’elle n’y exporte, a répliqué en visant 110 milliards de dollars (86 mds €) de biens américains.

Dans ses prévisions, le FMI a calculé que la guerre commerciale lancée par Donald Trump pourrait coûter plus de 1,6 point de croissance à la Chine dès l’an prochain, soit une estimation nettement plus alarmiste que les prévisions de certains experts.

A plus long terme, « le taux de croissance chinois devrait tomber progressivement à 5,6%, à mesure que l’économie poursuit sa mue en direction d’un modèle plus durable, avec une réduction des risques financiers et des mesures de protection de l’environnement », a noté le Fonds.

Cette guerre commerciale pèse sur les réformes économiques de la Chine, dont le gouvernement tente de lutter contre les risques financiers et un endettement massif hérité de la relance après la crise de 2008.