Les entreprises cotées au Royaume-Uni peuvent désormais lever des fonds sur le marché chinois, pour la première fois, et vice-versa.

Une bonne nouvelle pour Londres, qui tente de redynamiser son économie. Les financiers britanniques sont aussi ravos car face aux incertitudes du Brexit, prévu désormais fin octobre, l’attractivité du Royaume-Uni s’est amoindrie.

Ainsi, les deux pays ont lancé le projet « London-Shanghai Stock Connect », du nom de leurs places financières, le 17 juin. Ce lancement a été fait lors de discussions bilatérales dans la capitale britannique, et célébrant le « dialogue » économique et financier entre le Royaume-Uni et la Chine.

D’après le communiqué du Trésor britannique, le projet « London-Shanghai Stock Connect » est le résultat de quatre années de discussions. L’objectif de ce programme est de permettre aux groupes chinois de venir lever des fonds sur le marché londonien et aux entreprises britanniques de faire appel aux investisseurs en Chine.

Les deux places financières peuvent ainsi nettement accroître leur champ d’actions et toucher beaucoup plus d’investisseurs. Au total, 260 entreprises chinoises sont éligibles à la plateforme.

« Londres est un centre financier à nul autre pareil et le lancement annoncé aujourd’hui est un solide vote de confiance envers le marché britannique », a déclaré Philip Hammond.

De son côté, Catherine McGuinness, cheffe politique de la City de Londres, a expliqué que cet accord sur les marchés « change la donne » et constitue une « bonne nouvelle pour le Royaume-Uni, la Chine et l’économie mondiale ».