La Direction générale du Comité central du Parti communiste chinois a publié un communiqué mettant l’accent le travail mené contre le formalisme excessif et éviter de faire peser un fardeau inutile sur les autorités au niveau primaire.

« Cette année, il est plus difficile de promouvoir le développement social et économique », a indiqué le communiqué de la direction du PCC, notant que le pays est confronté à des risques et défis croissants, ainsi qu’à l’impact de l’épidémie de COVID-19.

Le document met l’accent sur la nécessité d’améliorer la conduite du Parti et de renforcer l’enthousiasme, l’initiative et la créativité des membres et des responsables du Parti.

Les responsables au niveau primaire doivent être libérés du formalisme excessif et être capables de mener un travail concret, a expliqué le communiqué. Appelant à apprendre des leçons tirées de la lutte contre l’épidémie de COVID-19, le communiqué a ordonné que la priorité soit toujours accordée aux intérêts du peuple.

Selon le texte, le nombre de réunions tenues par les autorités à travers le pays devra être surveillé et limité, tout comme le nombre de documents publiés par le gouvernement. Les documents publiés au niveau primaire et les rapports demandés devront être strictement limités.

Les campagnes de supervision et d’inspection menées par les autorités de niveau plus élevé devront être plus efficaces. Elles devront non seulement identifier les problèmes, mais aussi les résoudre.

Le gouvernement tient ainsi à s’assurer sur les directives publiées au sommet du parti et de l’État soient respectées et appliquées à la lettre, afin d’éviter des couacs, à l’instar du communiqué de presse de la ville de Canton.

En effet, la municipalité a diffusé dans la population un document dans lequel il est précisé qu’un certains nombre d’africain était testé positif au Covid-19.

Cela a entraîné une polémique, mais aussi lla peur et l’incopréhension au sein de la population. La population africaine de Canton a elle dénoncé des actes racistes à son encontre suite à la diffusion de ce texte.

Cette directive n’est pas la première, en mars, le plus haut conseiller politique, Wang Yang a mis en garde contre le formalisme et la bureaucratie dans la réduction de la pauvreté, afin d’assurer que les décisions et les plans du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) soient complètement appliqués pour remporter la bataille contre la pauvreté sur tous les plans.

En effet, des cas de détournement de fonds à destination de certains territoires pour lutter contre la pauvreté ont été révélé. Ce qui a poussé les autorités à rappeler à l’ordre l’ensemble des acteurs concernés.

Les fraudes liées à la réduction de la pauvreté seront sévèrement punies, a indiqué Wang, Yang, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC et président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois.

Il a tenu ces propos alors qu’il visitait le Bureau du Groupe dirigeant du Conseil des Affaires d’Etat pour la lutte contre la pauvreté et le développement pour recherches et discussions.

« Le sens de la responsabilité et de l’urgence pour remporter la bataille décisive de la réduction de la pauvreté doit être renforcé, tandis que l’optimisme aveugle, la lassitude et la passivité doivent être évités », a-t-il souligné.

« Davantage doit être fait pour aider les défavorisés à trouver des emplois, réduire la pauvreté à travers la consommation et accélérer la reprise des projets de réduction de la pauvreté afin de compenser les pertes causées par l’épidémie », a assuré le président du CCPPC.