L’économie chinoise a progressé plus rapidement que prévu au quatrième trimestre de 2021, mais à son rythme le plus lent depuis un an et demi. La Banque populaire de Chine (BPC) a réduit les taux d’intérêts, dans le but d’amortir le ralentissement de la deuxième plus grande économie du monde.

La Chine fait face à une baisse de croissance, en raison de certaines politiques de régulation, au déclin du secteur de l’immobilier et aux résurgences de l’épidémie de coronavirus.

Le produit intérieur brut (PIB) de la Chine a progressé de 4,0% en rythme annuel sur la période octobre-décembre 2021, contre une hausse de 4,9% au trimestre précédent, montre les données du Bureau national de la statistique (BNS). Les analystes interrogés par Reuters anticipaient une croissance de 3,6%.

L’économie chinoise a progressé de 8,1% en 2021, une performance bien supérieure à l’objectif de « plus de 6% » du gouvernement. Les analystes interrogés par l’agence de presse Reuters anticipaient une hausse de 8,0%. En 2020, le PIB avait progressé de 2,2% en lecture définitive.

En rythme trimestriel, l’économie chinoise a progressé de 1,6% sur la période octobre-décembre 2021, contre +0,7% en lecture définitive au trimestre précédent, alors que le consensus ressortait à +1,1%.

L’économie chinoise avait démarré 2021 sur les chapeaux de roue, se relevant de l’impact désastreux de la crise sanitaire, avant de voir son rebond s’affaiblir en raison du déclin du secteur de l’immobilier, de la limitation de l’endettement et des restrictions liées à l’épidémie de coronavirus.

La Chine compte soutenir davantage l’économie, qui sera confrontée à de multiples vents contraires en 2022. « La dynamique économique reste faible dans un contexte de résurgences épidémiques et de difficultés dans le secteur de l’immobilier. En conséquence, nous anticipons une nouvelle réduction de 20 points de base des taux directeurs de la BPC au cours du premier semestre de cette année », ont déclaré les analystes de Capital Economics dans une note.

Les ventes au détail sont plus faibles que prévues, avec une hausse en rythme annuel de 1,7%, leur rythme le plus lent depuis le mois d’août 2020. Les analystes s’attendaient à une hausse de 3,7% après une progression de 3,9% en novembre. La production industrielle a progressé de 4,3% en décembre, contre 3,8% le mois précédent. Les analystes anticipaient une hausse de 3,6%.

Les investissements en actifs fixes ont augmenté de 4,9% en 2021, contre une hausse de 5,2% sur les 11 premiers mois de l’année, alors que le consensus ressortait à +4,8%.