Le texte pointe le «caractère génocidaire des violences politiques systématiques ainsi que des crimes contre l’humanité actuellement perpétrés par la République populaire de Chine à l’égard des Ouïghours».

Les députés français ont adopté, le 20 janvier, une résolution qui dénonce et condamne le génocide des Ouïghours orchestré par la Chine. Le vote a recueilli 169 voix favorables et une seule contre.

Cette résolution a été déposée par plusieurs élus, dont le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure. Elle pointe le «caractère génocidaire des violences politiques systématiques ainsi que des crimes contre l’humanité actuellement perpétrés par la République populaire de Chine à l’égard des Ouïghours».

Lire aussi : Parlement néerlandais: le traitement des Ouïghours par la Chine est « un génocide »

Olivier Faure s’est félicité du vote, déclarant que «l’Assemblée nationale vient d’adopter la résolution reconnaissant le génocide Ouïghour proposée par le groupe socialiste» a-t-il écrit sur les réseaux sociaux.

De son côté, le député européen Raphaël Glucksmann a écrit «les grands silences permettent les grands crimes. Aujourd’hui l’Assemblée nationale a brisé ce silence. Merci»

Lire aussi : Des partis belges reconnaissent un « risque sérieux de génocide » au Xinjiang

De son côté, l’Ambassade de Chine à Paris a vivement condamné l’adoption de cette résolution. « Faisant fi des faits et du bon sens, la résolution concernée constitue une diffamation et une stigmatisation délibérées contre la Chine et une ingérence brutale dans les affaires intérieures chinoises. Nous nous y opposons fermement et la condamnons vivement », a déclaré un porte-parole de l’Ambassade.

Ce dernier a indiqué que « sur le sujet concerné, la Chine a déjà, à maintes reprises et à tous les niveaux, engagé un dialogue exigeant avec la France pour lui signaler de manière très claire et sérieuse : dans le fond, les questions liées au Xinjiang ne sont pas des questions ethniques, religieuses ou des droits de l’homme, mais celles de la lutte contre le terrorisme, la radicalisation et le séparatisme, qui touchent à la souveraineté, à l’intégrité territoriale et à la sécurité nationale de la Chine« .

« Les allégations sensationnalistes sur le Xinjiang telles que le ‘génocide’ sont de purs mensonges basés sur des préjugés et de l’hostilité envers la Chine. Leur but n’est pas du tout de défendre les droits de l’homme, mais de contenir le développement de la Chine et de saper la solidarité interethnique et la stabilité au Xinjiang« , a ajouté le porte-parole.

Ce dernier a expliqué que la Chine « a exprimé ses vives préoccupations que la résolution concernée porterait gravement atteinte aux relations sino-françaises ainsi qu’à la crédibilité et à l’image de la France aux yeux des Chinois ».

Il a ajouté que la France « est en pleine conscience de l’absurdité et de la nocivité de cette résolution ». « Il lui faut faire preuve de cohérence entre parole et acte et prendre des actions concrètes pour sauvegarder le développement sain des relations sino-françaises ».