Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré le 9 janvier le président sri lankais Gotabaya Rajapaksa et le Premier ministre, Mahinda Rajapaksa, dans le but de réaffirmer les relations bilatérales avant de discuter du tourisme, des investissements et de la lutte contre le Covid-19.

Wang Yi, qui est également conseiller d’État de la Chine, est arrivé le 8 janvier à Colombo pour une visite de deux jours, afin de commémorer 65 ans de relations diplomatiques sino-sri-lankaises et le 70e anniversaire du Pacte de riz pour le caoutchouc Lanka-Chine. Il s’agit d’un accord commercial datant de 1952 sous lequel Colombo a fourni du caoutchouc à Pékin en échange de riz.

Le Premier ministre Mahinda Rajapaksa a posté sur Twitter qu’il avait eu une « réunion très agréable » avec Wang Yi. Celle-ci était « centrée sur la logistique pour faciliter le retour des nombreux étudiants (en médecine sri-lankais) en Chine », le tourisme, les investissements, les secours Covid-19 et la poste -Préparation au Covid-19″.

Wang Yi a déclaré que la Chine «soutiendrait toujours le Sri Lanka en tant qu’ami proche». De son côté, le président Gotabaya Rajapaksa l’a remercié d’avoir fourni des vaccins Covid-19 à la nation insulaire. Une majorité de Sri Lankais ont été vaccinés avec le vaccin Sinopharm.

La visite de Wang Yi est importante pour le Sri Lanka, car elle intervient pendant la pire crise financière du pays : inflation record, hausse des prix alimentaires, manque de réserves de change. Le Sri Lanka pourrait faire faillite en 2023 s’il ne reconstitue pas des réserves de devises, afin d’importer des produits de première nécessité et de rembourser des dettes de 29 milliards de dollars américains (39 milliards de dollars singapouriens).

L’industrie touristique du Sri Lanka, qui contribue à 10% de l’économie, est en ruine depuis l’attentat de Pâques 2019 qui a fait 269 morts, dont 45 étrangers. A cette situation s’est ajoutée les restrictions de voyage liées à la pandémie. Le Sri Lanka a puisé dans ses réserves pour importer du carburant, des machines et de la nourriture, mais les réserves s’assèchent.

Le président sri-lankais a demandé à la Chine de l’aider à restructurer les remboursements de la dette et un programme de crédit commercial concessionnel pour les importations. Le Sri Lanka doit à la Chine plus de 5 milliards de dollars (4,5 mds €) et a emprunté l’année dernière 1 milliard de dollars (900 M€) supplémentaires.

«Depuis 2007, le Sri Lanka est pris au piège de la dette, non seulement en empruntant à la Chine et à l’Inde, mais aussi en empruntant des obligations souveraines pour s’en sortir. Tous les cinq à dix ans, lorsque les obligations arrivent à échéance, le gouvernement en emprunte une autre pour rembourser le précédent», a expliqué le maître de conférences Ahilan Kadirgamar au département de sociologie de l’Université de Jaffna.

En octobre 2021, les autorités sri lankaises ont demandé à l’Inde un crédit de 500 millions de dollars (450 M €) pour le carburant. Le Sri Lanka a également effectué des échanges de devises avec l’Inde, la Chine et le Bangladesh, et a contracté des prêts pour acheter du pétrole à Oman.

Pour George Cooke, fondateur du Think Tank Awarelogue Initiative basé à Colombo, « l’Inde est un voisin immédiat solide, le premier à répondre à toute urgence comme les catastrophes naturelles ou la guerre civile, mais la Chine est le partenaire commercial dont le Sri Lanka a besoin, avec la capacité et la volonté d’investir massivement ».

Lorsque les projets dans lesquels la Chine a investi n’a pas atteint ses objectifs, «le Sri Lanka a été amené à se mettre d’accord avec les prêteurs chinois pour leur en confier la gestion», a déclaré l’ancien gouverneur de la banque centrale, W.A. Wijewardena.

Par exemple, la Chine a été le seul pays à avoir accepté de financer un port dans le sud de Hambantota, la ville natale du Premier ministre Rajapaksa, même si les études de faisabilité l’ont qualifié de raté.

En 2017, le gouvernement Rajapaksa a fait face à des allégations de pots-de-vin avec la Chine. Le port aurait alors perdu de l’argent de manière prévisible et a dû être vendu avec 6070 ha de terres voisines à une entreprise publique chinoise sur un bail de 99 ans pour rembourser le prêt.

Lire aussi : La Chine renforce sa coopération avec le Sri Lanka, les EAU, l’Algérie et la Serbie

Les relations entre la Chine et le Sri Lanka se sont heurtées à un autre barrage routier en 2021, lorsque le Sri Lanka a rejeté une cargaison chinoise d’engrais organiques que les agriculteurs locaux et certains experts ont affirmé être contaminés.

La haute cour commerciale sri-lankaise a bloqué le paiement et, à son tour, la Chine a mis la banque d’État sri-lankaise sur liste noire. Le 7 janvier 2022, un jour avant la visite de Wang Yi, la Banque populaire du Sri Lanka a débloqué 6,9 millions de dollars (6,21 M€) à la société chinoise.

Le Sri Lanka doit rembourser une dette d’environ 4,5 milliards de dollars (4 mds €) en 2022, en commençant par une obligation souveraine internationale (ISB) de 500 millions de dollars arrivant à échéance le 18 janvier.

Un échange de 1,5 milliard de dollars de yuans avec la Chine a permis à l’île d’augmenter ses réserves à 3,1 milliards de dollars fin décembre.

Le remboursement de la dette envers la Chine en 2022 sera probablement inférieur à ses engagements ISB de 1,54 milliard de dollars, à environ 400 à 500 millions de dollars, a déclaré à l’agence de presse Reuters une source du ministère des Finances sri-lankais.

La banque centrale du Sri Lanka a assuré à plusieurs reprises que tous les remboursements de la dette seraient honorés et a déclaré que les fonds pour le ISB de janvier avaient déjà été alloués.