Les relations de la Corée du Sud avec la Chine ont fait des progrès « remarquables » au cours des 30 dernières années, a déclaré le président sud-coréen Moon Jae-in, qui a également souligné la nécessité de rétablir un ordre de libre-échange basé sur le multilatéralisme et la réciprocité.

« Les relations entre la Corée du Sud et la Chine ont fait des progrès remarquables au cours des 30 années écoulées depuis l’établissement des relations diplomatiques en 1992 », a déclaré le président sud-coréen lors d’une série d’interview écrite conjointe avec l’agence de presse Xinhua et d’autres agences de presse mondiales.

Moon Jae-in a appelé au renforcement de la compréhension mutuelle, en particulier parmi les jeunes et les générations futures des deux pays, tout en promouvant les échanges interpersonnels et culturels à cette fin.

Lire aussi : La Corée du sud et la Chine échangent sur la déclaration de fin de guerre avec Pyongyang

La Chine et la Corée du sud ont déclaré 2021 et 2022 : Année des échanges culturels Chine-Corée du Sud, convenant d’élaborer un plan pour le développement des relations bilatérales au cours des 30 prochaines années.

Avec la montée du statut international de la Chine et de la Corée du sud, Moon Jae-in a déclaré que Séoul et Pékin renforçaient les communications sur les problèmes de la péninsule coréenne et les préoccupations mondiales, telles que la réponse au Covid-19 et le changement climatique.

En ce qui concerne le protectionnisme et l’unilatéralisme, Moon Jae-in a déclaré qu’une coopération étroite au sein de la communauté internationale est cruciale car les problèmes mondiaux tels que la pandémie et le changement climatique ne peuvent être résolus grâce aux efforts de chaque pays.

« Grâce à la confiance mutuelle et à l’inclusion fondées sur la solidarité et la coopération, la communauté internationale peut surmonter la crise actuelle du Covid-19 », a expliqué Moon Jae-in.

« Tout comme le monde a jusqu’à présent emprunté la voie de l’avantage mutuel et de la prospérité commune grâce au libre-échange et à l’investissement, la restauration de l’ordre de libre-échange basé sur le multilatéralisme et la coopération réciproque deviendra la voie pour surmonter la crise du COVID-19 et stabiliser la situation mondiale. chaîne d’approvisionnement », a déclaré ce dernier.

Moon Jae-in a ajouté que la Corée du Sud a bénéficié du libre-échange et travaillera activement avec d’autres nations pour établir un ordre commercial ouvert et équitable, soulignant la nécessité d’une coopération économique complémentaire entre la Chine et la Corée du Sud.

Il a également appelé à des efforts continus pour dénucléariser et établir un régime de paix sur la péninsule ainsi que des garanties de sécurité pour la République populaire démocratique de Corée et ses relations normalisées avec les États-Unis.

Lire aussi : Séoul prône la tolérance zéro contre la pêche illégale chinoise

Alors que la campagne présidentielle vient d’être lancée, Ahn Cheol-soo, le candidat du Parti du peuple (PP), a indiqué que si la Corée du Sud peut concevoir les meilleures technologies au monde à l’ère de la course à la suprématie scientifique et technologique entre la Chine et les Etats-Unis, le pays pourra jouer un rôle d’intermédiaire et contribuer à la stabilité de la région.

Ce dernier a détaillé lors d’un point presse que «si la Corée du Sud dispose de technologies avancées et prépondérantes dans les batteries rechargeables et l’industrie à hydrogène en plus des puces mémoire, elle deviendra un pays simultanément nécessaire pour la Chine et les Etats-Unis».

Concernant l’éventuel redéploiement des forces américaines installées en Corée du Sud pour la défense de Taïwan en cas d’invasion de la Chine, Ahn Cheol-soo a déclaré que «le maintien de la stabilité et de la paix dans le détroit de Taïwan est primordial non seulement pour la paix de la région de l’Asie de l’Est mais aussi pour le monde entier. […] Je prendrai des mesures de responsabilité tout en maintenant les principes de l’autonomie, du pragmatisme et de la paix basées sur l’intérêt national et sur l’alliance avec les Etats-Unis».