jeudi, juillet 25

Le Sénat américain adopte un texte «historique» contre la Chine

Le projet de loi américain encourage les entreprises à produire aux États-Unis et à contrer la Chine sur le terrain de l’innovation technologique.

Cliquez pour en savoir plus sur la confrontation entre la Chine et les Etats-Unis

Pour cela, un plan de plus de 170 milliards de dollars d’investissements a été approuvé le 8 juin par le Sénat. Quelques heures plus tard, la Chine a accusé Washington d’exagérer une soi-disant « menace chinoise ».

Le Sénat américain a donc adopté, le 8 juin, un projet de loi prévoyant des investissements ambitieux dans la science et les technologies pour contrer la menace économique de la Chine et son modèle « autoritaire ».

Le texte, jugé « historique », a été approuvé par 68 voix contre 32 voix des sénateurs républicains et démocrates. Le texte doit désormais être adopté définitivement, à une date qui n’a pas encore été fixée, par la Chambre des représentants, avant d’être promulgué par le président américain Joe Biden.

Au lendemain de l’adoption de ce texte, la Chine a accusé Washington d’exagérer une soi-disant « menace chinoise ». Ce « projet de loi révèle l’égocentrisme paranoïaque » des États-Unis, a fustigé la commission des Affaires étrangères du Parlement chinois.

Ce plan va consacrer plus de 170 milliards de dollars à la recherche et au développement, en visant notamment à encourager les entreprises à produire aux États-Unis des semi-conducteurs, aujourd’hui essentiellement fabriqués en Asie.

Washington veut ainsi faire face à la pénurie mondiale de puces qui frappe de nombreux secteurs clés, allant de l’automobile aux communications. Les Etats-Unis ont également décidé de renforcer leurs relations commerciales avec Taiwan, afin de s’équiper en semi-conducteurs.

Lors de l’adoption de ce texte, le président américain Joe Biden a déclaré qu’«au moment où d’autres pays continuent à investir dans leurs propres activités de recherche et de développement, nous ne pouvons pas prendre du retard. L’Amérique doit conserver sa position de nation la plus innovante et productive au monde».

La Chine est toujours en guerre économique avec les États-Unis depuis la mandature de Donald Trump, et est l’un des rares sujets sur lesquels le président démocrate s’est inscrit dans la continuité de son prédécesseur républicain.

Lire aussi : Joe Biden s’engage à empêcher la Chine de devenir le premier pays du monde

«Si nous ne faisons rien, nos jours de superpuissance dominante pourraient s’acheve, a prévenu le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, avant le vote. Ce dernier a indiqué que «c’est pour cela qu’on se souviendra de ce texte comme l’un des plus grands succès obtenus entre démocrates et républicains au Sénat américain dans l’histoire récente».

Ce projet de loi « ouvre la voie au plus vaste investissement dans la science et la technologie depuis des générations », avait expliqué le sénateur. Ce dernier a indiqué que « celui qui gagnera la course aux technologies du futur », comme l’intelligence artificielle, l’informatique quantique, « sera le leader économique mondial ».

Et ce pays « façonnera le monde à son image », a-t-il poursuivi, avec un avertissement visant directement le dirigeant chinois Xi Xinping. «Voulons-nous que cette image soit démocratique ? Ou voulons-nous une image autoritaire, comme celle que le président Xi aimerait imposer au monde?», a-t-il

Ce projet d’investissements « offre l’opportunité aux États-Unis de porter un coup, de répondre à la concurrence déloyale que nous voyons de la part du Parti communiste chinois », a déclaré le républicain Roger Wicker, numéro deux de la commission du commerce.

Concrètement, le plan prévoit 52 milliards de dollars sur cinq ans visant à encourager la fabrication de puces et de semi-conducteurs aux États-Unis. Dans l’introduction de présentation de la loi, les parlementaires avaient souligné que le Parti communiste chinois investissait « considérablement, avec plus de 150 milliards », dans ces technologies.

Le plan américain destine, en outre, 120 milliards de dollars à une agence gouvernementale, la National Science Foundation, dont 1,5 milliard de dollars pour le développement de la 5G, l’un des principaux sujets de tension entre la Chine et les États-Unis.

De son côté, le Comité des affaires étrangères de l’Assemblée populaire nationale (APN), l’organe législatif suprême de la Chine, a exprimé son fort mécontentement et sa vive opposition à l’approbation par le Sénat américain de la « Loi 2021 sur l’innovation et la concurrence des Etats-Unis ».

«Le projet de loi, empli de préjugés idéologiques et mû par une mentalité de guerre froide, calomnie et diffame la voie de développement et les politiques sur les affaires étrangères et nationales de la Chine, s’ingère dans les affaires intérieures de la Chine et tente d’entraver le développement de la Chine sous la bannière de l’innovation et de la concurrence», a indiqué le comité dans un communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *