Le sous-marin nucléaire américain endommagé en octobre 2021 en mer de Chine avait heurté un mont sous-marin qui ne figurait pas sur les cartes, selon les premiers résultats de l’enquête rendus publics le 1er novembre.

«L’enquête a déterminé que l’USS Connecticut avait percuté un mont sous-marin qui n’était pas signalé sur les cartes alors qu’il opérait dans les eaux internationales dans la région indo-pacifique», a indiqué une porte-parole de l’US Navy, la capitaine de frégate Hayley Sims, dans un communiqué.

Les résultats de l’enquête sur cet incident ont été remis au commandant de la 7e Flotte, le vice-amiral Karl Thomas. Ce dernier doit maintenant décider si des sanctions doivent être prises, a précisé la porte-parole.

L’USS Connecticut, un sous-marin à propulsion nucléaire de la classe Seawolf, avait heurté un objet d’abord non identifié dans l’après-midi du 2 octobre alors qu’il naviguait en immersion en mer de Chine méridionale.

Onze marins avaient été blessés. Il avait dû faire surface mais il était encore en état de naviguer et avait pu rejoindre l’île de Guam, territoire des États-Unis dans le Pacifique.

Lors d’un point presse, le 2 novembre, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères Wang Wenbon, a indiqué que la Chine a «exprimé à plusieurs reprises notre grave préoccupation sur cet incident et nous avons demandé aux États-Unis d’adopter une attitude responsable, offrir une explication détaillée et fournir une réponse satisfaisante à la communauté internationale et aux pays régionaux».

«Ce que nous avons vu, c’est qu’une semaine après l’incident, les États-Unis ont publié une déclaration évasive, affirmant que le sous-marin a frappé un objet inconnu».

Lire aussi : Un sous-marin américain en mer de Chine, Pékin dénonce

Les Etats-Unis également délibérément utilisé le terme «eaux internationales dans la région indo-Pacifique», alors que la Chine revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale et y a construit des avant-postes militaires sur de petites îles et atolls.

D’ailleurs, les États-Unis et leurs alliés patrouillent régulièrement dans ses eaux contestées de la région pour faire valoir leur droit à la liberté de navigation.

Wang Wenbin a indiqué que les Etats-Unis n’ont pas «encore donné de réponses claires aux questions telles que l’intention de l’opération, l’emplacement exact de l’incident, qu’il réside dans la zone économique exclusive ou la mer de Chine méridionale, et si la collision a conduit à une fuite nucléaire ou à polluer l’environnement marin».

Toutes ces questions suscitent du doute et des inquiétudes en Chine. Pour Pékin, la position américaine sur cet incident met en avant «le manque de transparence et de responsabilité des États-Unis».

Lire aussi : Sous-marin américain en mer de Chine méridionale : Pékin veut des explications

«Nous nous invitons à nouveau les Etats-Unis à donner une description détaillée de l’incident et d’aborder pleinement les préoccupations et les doutes des pays régionaux. La clé est d’arrêter de déployer des aéronefs et des navires de guerre militaires pour harceler et provoquer des autres, présenter des muscles fléchissant et cesser de nuire à la sécurité souveraine des autres pays, sinon elle invitera davantage, pas moins d’incidents similaires», a indiqué le porte-parole de la diplomatie chinoise.