La 26e Conférence des Parties des Nations Unies sur le changement climatique (COP26) s’est ouverte dimanche à Glasgow, en Écosse. Il s’agit de la première conférence après le cycle d’examen quinquennal prévu par l’Accord de Paris en 2015.

Le président de la Chine, Xi Jinping, a à maintes reprises souligné le point de vue de la Chine sur la lutte contre le changement climatique, exprimé le ferme appui de la Chine à l’Accord de Paris et annoncé les mesures concrètes prises par le pays pour protéger la planète.

Dans sa déclaration écrite au Sommet des dirigeants mondiaux à la COP26, publiée lundi, M. Xi a réitéré son appel à l’unité mondiale et à des mesures pour lutter contre les changements climatiques et a présenté trois suggestions.

MAINTENIR LE CONSENSUS MULTILATÉRAL

« En ce qui concerne les défis mondiaux tels que le changement climatique, le multilatéralisme est la bonne solution », a soutenu Xi Jinping dans la déclaration, encourageant toutes les parties à tirer parti du consensus existant, à accroître la confiance mutuelle et à intensifier la coopération pour réussir la COP26.

Le président chinois a facilité la réalisation de grands progrès sur les questions climatiques à l’échelle mondiale. En 2015, il a prononcé un discours-programme lors de la Conférence de Paris sur les changements climatiques, apportant une contribution historique à la conclusion de l’Accord de Paris.

Lors du Sommet sur l’ambition climatique de décembre 2020, le président Xi a annoncé les nouveaux engagements de la Chine pour 2030, réalisant des progrès constants dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Plus tôt ce mois-ci, il a souligné l’importance de partager les fruits du développement vert entre tous les pays lorsqu’il s’est adressé au Sommet des dirigeants de la 15e réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique (COP15).

METTRE L’ACCENT SUR DES MESURES CONCRÈTES

« Les visions ne se réaliseront que si nous agissons », a déclaré M. Xi lundi en exhortant tous les pays à honorer leur engagement, à fixer des objectifs réalistes et à faire de leur mieux, en fonction des conditions nationales, pour mettre en œuvre leurs mesures de lutte contre les changements climatiques.

Comme le président chinois l’a dit, la Chine met toujours un point d’honneur à transformer ses paroles en actes. Selon un livre blanc sur le changement climatique publié la semaine dernière, l’intensité des émissions de carbone du pays en 2020 a diminué de 48,8% par rapport à 2005 et de 18,8 % par rapport à 2015, ce qui démontre que la Chine prend l’Accord de Paris au sérieux.

À la fin de 2020, les combustibles non fossiles représentaient 16 % de la consommation d’énergie primaire en Chine. Au cours de la dernière décennie, le pays a également éliminé progressivement 120 millions de kilowatts de capacité installée de production d’électricité au charbon.

La Chine a en outre lancé des initiatives d’action verte qui encouragent les infrastructures, l’énergie, le transport et le financement écologiques dans le cadre de la Belt and Road Initiative (BRI). En 2020, 57 % des investissements de la Chine dans les pays partenaires du BRI ont été consacrés à des projets d’énergie renouvelable, contre 38 % en 2019.

ACCÉLÉRER LA TRANSITION VERTE

Xi Jinping a souligné le rôle de l’innovation dans la science et la technologie et a lancé un appel pour la promotion d’une économie et d’une société plus vertes et pour l’exploration d’une nouvelle voie qui concilie le développement et la conservation.

La Chine a récemment publié deux directives clés, à savoir un document de conception de haut niveau sur les émissions de carbone maximales et la neutralité carbone, et un plan d’action pour atteindre les émissions de carbone maximales avant 2030.

Lire aussi : La Chine a exposé ses engagements avant la COP26 sur le climat

Selon Xi Jinping, la Chine continuera à déployer des plans de mise en œuvre spécifiques dans des domaines essentiels tels que l’énergie, l’industrie, la construction et les transports, et pour des secteurs clés comme le charbon, l’électricité, le fer et l’acier, et le ciment, couplés à des mesures de soutien relatives à la science et à la technologie, aux puits de carbone, à la fiscalité et aux incitatifs financiers.

Ensemble, ces plans formeront le cadre stratégique « 1+N » de la Chine qui aidera le pays à respecter son engagement de maximiser ses émissions de CO2 avant 2030 et d’atteindre la neutralité carbone avant 2060 avec un calendrier, une feuille de route et un plan clairement définis.