La production industrielle et les ventes de détail en Chine ont fortement ralenti en août, marquant une conjoncture fragile et morose. Ces nouvelles données pressent le gouvernement à stabiliser l’économie tout en accentuant les mesures contre l’endettement.

La production industrielle a augmenté de 6% sur un an en août, selon le Bureau national des statistiques (BNS), après avoir fortement ralenti en juillet, avec une hausse de 6,4% contre 7,6% en juin. Les analystes sondés par Bloomberg estimaient en moyenne pour août sur une légère reprise de +6,6%.

Le ralentissement se fait également ressentir dans les chiffres des ventes de détail, baromètre de la consommation des ménages, qui ont gonflé de 10,1% le mois dernier, contre +10,4% en juillet.

Dans le détail, les ventes de voitures, d’électroménager, de meubles et de matériaux de construction se sont tous essoufflés entre juillet et août, en raison du refroidissement persistant du marché immobilier.

« De façon générale, l’économie nationale a conservé en août une dynamique de progression robuste« , a assuré la porte-parole du BNS, Liu Aihua, dans un communiqué. Cependant, « la conjoncture intérieure recèle toujours nombre de risques potentiels et de défis à relever » et « il subsiste beaucoup de facteurs d’instabilité et d’incertitudes dans l’environnement international« , a-t-elle reconnu.

L’activité ralentie en raison de la faible demande internationale, cause de l’essoufflement des exportations chinoises en août. « Mais le principal coupable reste une demande intérieur affaiblie« , a souligné à l’Agence France Presse, Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics. Ce dernier a évoqué la baisse des investissements en capital fixe.

Les capitaux fixes, baromètre des dépenses publiques et privées dans les infrastructures, ont gonflé de 7,8% sur un an entre janvier et août, selon le BNS, mais moins qu’estimé et ralentissant pour le 5e mois consécutif.

Les difficultés de rééquilibrage de l’économie du pays perdurent d’autant plus que le gouvernement a imposé un tour de vis drastique au secteur financier afin de réduire le colossal endettement du pays.