Les investisseurs ont revendus massivement les actions et les obligations des promoteurs immobiliers chinois le 27 septembre, après la publication d’un article des médias indiquant que CIFI Holdings (Group) Co avait fait défaut. Cette information a ajouté aux inquiétudes concernant le secteur immobilier en crise.

Les actions de CIFI Holdings cotées à Hong Kong ont plongé de 32,3% pour atteindre un niveau record à la clôture du marché le 27 septembre, après que le fournisseur de renseignements sur le crédit Reorg a annoncé que le promoteur chinois n’avait pas payé certaines dettes non standard.

Interrogé par l’agence de presse Reuters, le groupe CIFI a déclaré qu’elle cherchait activement des solutions. Le site Web de la société indique qu’elle était le huitième promoteur chinois coté en bourse l’année dernière.

L’effondrement des actions, survenu après que le président de CIFI ait récemment prédit un stress de liquidité « sans précédent », a déclenché des ventes sauvages dans le secteur. Cette situation a entraîné une chute des actions et obligations d’autres promoteurs immobiliers.

L’un des indices qui suit les promoteurs immobiliers de Chine continentale cotés à Hong Kong a chuté de plus de 6,4 % pour atteindre un niveau record. À Shanghai, les obligations émises par des sociétés immobilières, telles que CIFI Holdings, Sunac Real Estate et Gemdale Corp, ont énormément perdu. La Bourse de Shanghai a brièvement suspendu la négociation d’une obligation CIFI, en raison des fluctuations anormales.

Shujin Chen, responsable de la recherche FIG en Chine chez Jefferies, a expliqué à Reuters que les investisseurs craignent que la crise de liquidités du secteur n’atteigne finalement CIFI, qui avait été considéré comme l’un des rares promoteurs privés relativement résilients de la Chine.

« La fragilité générale du sentiment d’investissement dans le sillage de la baisse de la livre sterling et les incertitudes de la politique monétaire mondiale n’ont certainement pas aidé », a-t-elle ajouté.

Selon les experts, les importantes pertes boursières de cette semaine montrent également que les investisseurs ne s’attendent pas à ce que de nouvelles mesures de stimulation de l’immobilier soient annoncées pendant ou immédiatement après le 20e Congrès du Parti communiste qui se tiendra à partir du 16 octobre.

Lire aussiCalme plat en Chine : une bonne nouvelle pour les investisseurs qui surveillent la Chine

CIFI Holdings n’a pas payé la dette d’une société de projet connue sous le nom de Tianjin Xingzhou Real Estate Development Co, a rapporté Reorg, citant des sources.

Dans une lettre aux employés datée du 27 septembre, lue par Reuters, le président de CIFI, Lin Zhong, a déclaré que la priorité de la société est de survivre, car les ventes de biens immobiliers en Chine restent moroses dans un contexte de blocage du COVID-19, de ralentissement économique et de boycott des paiements hypothécaires.

« Les difficultés et les épreuves vont persister pendant une période assez longue », a déclaré Lin Zhong dans la lettre, qui a été largement diffusée via les médias sociaux et confirmée par la société.

Ce dernier a déclaré que le boycott des prêts hypothécaires a incité de nombreuses autorités locales à resserrer les retraits d’argent des comptes séquestres, ce qui a encore réduit les liquidités des promoteurs immobiliers.

Lire aussi : Crise immobilier : des chantiers à l’arrêt et des acheteurs à bout

« Bien que nous disposions de plus de 30 milliards de yuans (4,14 milliards de dollars) de liquidités dans nos livres, l’écrasante majorité d’entre elles ne pouvait pas répondre à la demande raisonnable des entreprises », indique la lettre de CIFI.

« Dans les mois à venir, les flux de trésorerie de CIFI vont rencontrer des défis sans précédent. » Selon une source de Reuters, en contact avec Lin Zhong, ce dernier subit une pression immense, car il n’y a pas de nouveau soutien politique important en vue, donc « il n’est pas clair quand l’industrie peut voir une lueur d’espoir. »

Récemment, l’agence de notation Fitch Ratings a rétrogradé CIFI, en raison de la baisse du tampon de liquidité et l’augmentation de l’effet de levier du promoteur.

Depuis la crise du géant de l’immobilier Evergrande, le secteur de l’immobilier en Chine est à la peine. Cependant, la crise s’est aggravée au cours du mois d’août 2022, les données officielles montrant que les prix des logements, les ventes et les investissements ont tous chuté, ajoutant de la pression sur l’économie en berne.

De plus, d’importants promoteurs immobiliers ont annoncé des défauts sur leurs obligations, et les gouvernements locaux tentent de trouver des solutions de financement permettant de relancer la construction de nouveaux logements, qui est au point mort.