Le secrétaire d’État américain a affirmé disposer de «preuves» que le Covid-19 provient d’un laboratoire chinois, or l’Organisation Mondiale de la Santé a assuré n’avoir aucune preuve sur cette accusations.

Interrogé le 3 mai sur la chaîne de télévision ABC, Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, a assuré disposer d’une «quantité importante de preuves» montrant que le virus était sorti d’un laboratoire de Wuhan, épicentre de l’épidémie.

A lire aussi : Des «preuves immenses» que le Covid-19 vient d’un laboratoire de Wuhan

«Nous n’avons reçu aucune preuve basée sur des données spécifiques de la part du gouvernement américain en lien avec la prétendue origine du virus. Alors, de notre point de vue, cela demeure spéculatif», a déclaré l’un des principaux experts de l’OMS lors d’un point de presse virtuel à Genève.

Mike Ryan a ajouté que l’OMS, une organisation «basée sur les faits», recherche toute information sur l’origine du nouveau coronavirus car cela revêt une «importance exceptionnelle» pour le contrôle de l’épidémie.

«Alors si ces données et preuves sont disponibles, il appartient au gouvernement américain de décider si elles peuvent être partagées et quand», a-t-il poursuivi. Cependant, des scientifiques ont indiqué à l’OMS que le séquençage du génome montrait que le virus était d’«origine naturelle».

Le nouveau coronavirus serait d’origine animale, lié à la chauve-souris, mais l’hôte intermédiaire par lequel il a été transmis à l’homme n’a pas encore été déterminé, bien que le pangolin ait tout d’abord été considéré comme une piste.

L’épidémie est une source de tensions entre Washington et Beijing, qui se livrent une guerre des mots sur l’épidémie et son origine. Le président américain Donald Trump a d’ailleurs suspendu la contribution américaine au budget de l’OMS en accusant l’agence onusienne d’avoir «failli à ses devoirs essentiels» dans la lutte contre l’épidémie, provoquant un concert de désapprobation à l’échelle internationale.

L’administration Trump critique également l’attitude de l’agence onusienne, estimant que ses prises de positions étaient trop favorables à Pékin. La semaine dernière, le président américain a également déclaré être convaincu que le coronavirus émanait d’un laboratoire chinois, tout en déclinant la demande de communiquer des preuves.