Le texte de l’accord commercial partiel entre les Etats-Unis et la Chine a été rendu public dans son intégralité le 15 janvier 2020 lors de la signature du document à Washington, selon le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow.

L’accord « phase 1 » inclut donc la propriété intellectuelle, les transferts forcés de technologies, les produits alimentaires et agricoles, les services financiers, le taux de change, le renforcement des échanges commerciaux ou encore la résolution des différends.

Pour le représentant américain au commerce (USTR), Robert Lighthizer, il « établit un solide système de règlement des différends qui garantit une mise en oeuvre et une application de l’accord rapides et efficaces ». Depuis le début des négociations commerciales, les Etats-Unis avaient exigé la mise en place d’un tel mécanisme pour s’assurer que la Chine respecte ses engagements.

A lire aussiAccord USA/Chine: les achats retardés par le nouveau coronavirus

Dans le domaine de l’agriculture, la Chine, deuxième marché pour les exportations agricoles, est tombée à la 5ème place depuis le début du conflit commercial. D’après les américains, la Chine s’est engagée à acheter pour 200 milliards (180 mds €) de biens américains, parmi lesquels des produits agricoles représentant 40 à 50 milliards de dollars. Mais aucun détail n’a été communiqué sur l’échéance de ces achats.

De plus, les autorités chinoises n’ont pas confirmé ces montants pour le moment. Suite à cette annonce, le président Donald Trump avait évoqué des montants d’achats inédit, se demandant si les agriculteurs et éleveurs américains seraient capable de fournir une telle quantité, car environ deux fois plus élevé que le pic des achats de la Chine, en 2012.

En 2017, avant le lancement de la guerre commerciale, la Chine importait encore pour 19,5 milliards de dollars (17,5 mds €) de produits agricoles américains, un nombre tombé à un peu plus de 9 milliards (8,1 mds €) en 2018.

Pour Han Jun, vice-ministre chinois de l’Agriculture, l’accord préliminaire prévoit un accroissement des exportations agricoles de la Chine vers l’Amérique, notamment la volaille cuite, les poires et les dattes.

Concernant les tarifs douaniers, Beijing exige que Washington supprime tout ou partie des droits de douane additionnels sur les importations en provenance de Chine. Il s’agit des tarifs douaniers de 25% portant sur l’équivalent de 250 milliards de dollars (225 mds €) de marchandises chinoises resteront en place.

Cependant, ceux de 15% portant sur 120 autres milliards (108 mds €) de bien chinois, en vigueur depuis le 1er septembre, sont réduits de moitié (7,5%). En outre, Donald Trump a accepté d’annuler la série de tarifs douaniers de 15% sur quelque 160 milliards (144 mds €) initialement programmée pour la mi-décembre 2019.

De son côté, le vice-ministre chinois des Finances, Liao Min, n’a pas indiqué si le gouvernement allait supprimer les droits de douane punitifs déjà imposés sur les produits américains arrivant sur le territoire chinois. En effet, la Chine avait suspendu en septembre 2019 pour un an des droits de douane supplémentaires sur 16 catégories de produits importés des Etats-Unis.

A lire aussi : La Chine va réduire ses droits de douane sur des produits américains