Le gouvernement de Beijing a décidé de donner 200 yuans (25 €) en devise numérique à quelques habitants de Beijing. Ils pourront utiliser cette argent en ligne et hors ligne au cours du nouvel an chinois à venir.

Après Shenzhen dans la province de Guangdong et Suzhou dans le Jiangsu, Beijing sera la troisième ville à faire l’expérience de ces envois de yuans numériques à des consommateurs. Dix millions de e-yuans seront ainsi émis à Beijing, portant le montant de cette expérience à plus de 100 millions de yuans (13 M€).

Les habitants de Beijing tirés au sort pour recevoir cette «enveloppe rouge» pourront utiliser cet argent numérique par le biais de certaines applications ou des portefeuilles numériques de certains magasins et restaurants à Wangfujing, l’une des rues piétonnes commerçantes célèbres de Chine.

Ils pourront également utiliser ces e-yuans par le biais de l’application de la plateforme de e-commerce JD, a indique le Département local de supervision et d’administration financière de Beijing.

Lire aussi : Les 紅包 (hongbao) livrent leurs pensées positives cette année

Cette initiative fait partie des essais sur le e-yuan menés par la Banque populaire de Chine. Mais ces e-yuans pourront être utilisés du 10 au 17 février. Six banques participent à cette expérience : la Banque industrielle et commerciale de Chine (ICBC), la Banque de Chine (BDC, la banque centrale), l’Agricultural Bank of China, la China Construction Bank, la Bank of Communications et la Postal Savings Bank of China.

La Chine a débuté ce vaste programme d’essais pilotes de sa devise numérique par la Banque populaire de Chine en 2019. Beijing compte également développer l’utilisation du e-yuan pour les prochains Jeux olympiques d’hiver de 2022.

Selon des experts proches de l’Institut de la devise numérique affilié à la Banque de Chine, neuf institutions, incluant de grandes banques détenues par l’État et des géants du e-commerce, ont été désignées par les autorités monétaires pour développer les portefeuilles numériques et les technologies qui leur sont liées.

Ces institutions concurrentes dans le service de paiement par devise numérique doivent connecter leur service avec certains scénarios spécifiques de dépenses, comme le paiement en librairie ou à l’hôtel.

«Le fait d’avoir différents opérateurs de portefeuilles numériques pourrait potentiellement engendrer des problèmes comme la fragmentation des données ou l’isolement de l’information. La banque centrale pourrait également avoir besoin de considérer différentes façons de contrôler les coûts de transaction», a expliqué Huang Yiping, le doyen adjoint de la Faculté nationale de développement de l’Université de Beijing et président du Comité académique du China Finance 40 Forum, un laboratoire d’idées spécialisé dans les questions de politique économique et financière.

Le lancement du e-yuan devrait intensifier la concurrence parmi les fournisseurs de services de paiement et probablement changer la structure du marché dans ce secteur, a indiqué ce dernier. Le chercheur a expliqué que «le e-yuan devrait avec un peu de chance devenir le portefeuille numérique des Chinois d’ici la fin de l’année».