L’ambassadeur de Chine à Maurice, Li Li, a remit, ce 23 avril, un lot d’équipements de transformation des aliments et de matériel d’élevage à l’occasion d’une cérémonie officielle au Food Technology Laboratory, à Réduit. Pour le ministre mauricien de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, ce don « est une continuité de la coopération entre la Chine et l’île Maurice ».

agroindustrymauriceDes germinateurs de soja et d’arachides, des fours de séchage, un enclos modèle pour la mise bas porcine et d’autres accessoires pour l’insémination artificielle ont été donné, « ce qui va profiter grandement au secteur agricole » de l’île, a indiqué le ministre devant la caméra de IonNews.

Face à ces équipements, « je vois plus du côté de la transformation, de ce que l’on veut faire de notre produits locaux, c’est l’occasion de promouvoir l’entrepreneuriat, et aussi la formation que l’on aura avec ces experts venus de Chine. On va pouvoir faire du capacity building et pouvoir transmettre ça aux mauriciens, qui sont intéressés à entreprendre ce genre de projet » a expliqué le ministre.

Ce dernier a assuré que « la Chine est encore disposée à nous faire d’autres dons » et conseils en la matière, afin de développer leur secteur agricole mauricien. Mahen Seeruttun a d’ailleurs rappelé que depuis 1972, Maurice a bénéficié de plusieurs dons d’assistance technique, de bourses d’études, de programmes de formation et de projets d’infrastructures dans ce secteur.

La coopération agricole entre les deux pays s’est instaurée dès 1974, à travers la première expérience du genre à la station expérimentale de Belle-Vue, à Albion, avec un projet de culture de riz. « Tous les aspects techniques de la riziculture avaient été étudiés, le choix des variétés à haut rendement, les pratiques d’irrigation, les saisons optimales de plantation, les cultures multiples et en interlignes et le traitement post-récolte », ce qui a entraîné des résultats positifs, alors que Maurice n’avait pas la capacité financière de porter un projet de culture.

Les autorités chinoises ont soutenu la branche recherche et innovation de Maurice, avec la découverte de nouvelles variétés de champignons, d’ail, de radis, de chou-fleur, de soja, de concombre, d’aubergine et de patate douce. Des aliments produits à Maurice, pour la consommation mauricienne et l’exportation. D’ailleurs, trois chercheurs chinois sont actuellement à l’île Maurice pour des recherches sur la transformation de blé, de citrouille et de haricot.

Ambassadeur de Chine à Maurice, SEM Li Li

Ambassadeur de Chine à Maurice, SEM Li Li

Pour l’ambassadeur Li Li, les aides fournies par la Chine jouent un rôle déterminant dans l’amélioration de l’agriculture mauricienne. Ce dernier a déclaré devant la caméra de IonNews, que « c’est vraiment merveilleux d’avoir une coopération de cette dimension, parce que la Chine et Maurice sont tous les deux des pays agricoles. Et donc, depuis des années et des années en Chine, on a un développement de longue date de l’agriculture. On a aussi beaucoup d’expérience dans le domaine et ces dernières années surtout, je crois, on a mit l’accent sur le développement de l’agriculture. C’est pourquoi, on a des marges de manœuvres de coopération entre les deux pays. Moi, personnellement, en tant qu’ambassadeur, je trouve génial d’avoir une coopération et surtout des résultats encourageants de cette nature. Et j’espère que cette coopération peut accompagner, le développement de l’agriculture de Maurice et surtout peut aider les familles démunies de Maurice à se développer avec cette coopération là ».

« Les relations bilatérales entre Maurice et la Chine se développent de manière régulière, et la coopération dans le domaine politique, économique et culturel ne cesse de s’approfondir pour devenir un exemple de coopération Sud-Sud », a-t-il assuré devant les médias mauriciens.

Retrouvez le reportage complet de IonNews ici