Taïwan se classe 26ème dans le Rapport sur le Bonheur de 2018, et est le premier pays d’Asie du Nord-est où les gens vivent heureux. En parallèle, des institutions chinoises de recherches ont annoncé que la jeunesse post-90 de Chine continentale a le sentiment d’avoir une vie heureuse.

Taiwan se classe à la 26ème place

Taipei 101 – Taïwan

D’après le dernier Rapport mondial sur le bonheur publié le 14 mars par le Réseau de solutions pour le développement durable des Nations Unies, Taïwan est arrivé en tête des pays d’Asie du Nord-est et à la 26ème place mondiale.

A contrario, la Thaïlande est classée 46ème ; le Japon, 54ème ; la Corée du Sud, 57ème et la Chine continentale se situe à la 86ème place. Avec un score de 6,441 sur 10, Taïwan a gagné sept places par rapport à 2017.

Le rapport a évalué 156 pays et territoires à travers le monde via une enquête annuelle sur la satisfaction de vivre d’environ 1 000 résidents réalisée entre 2015 et 2017. Les niveaux de satisfaction ont été évalués en se basant sur : les revenus, l’espérance de vie en bonne santé, la liberté, le soutien social, la bonne gouvernance et la générosité.

Lancé en 2012, le Rapport annuel sur le bonheur vise à revisiter la science de la mesure et de la compréhension du bien-être subjectif. Six éditions ont été publiées à ce jour, au sein desquelles le classement de Taïwan s’est nettement amélioré, passant de la 46ème place dans le premier rapport à la 26ème place dans le rapport de cette année.

13,8% des étudiants chinois seraient heureux

D’après le Bureau national des statistiques, la China Post Group Corporation et l’Institut national de recherche sur le développement de la Peking University, 13,8% des étudiants universitaires se sentent malheureux.

Dans une «Enquête sur la vie économique chinoise (2017-2018)», datant de début mars 2018, les chercheurs ont réalisé un sondage auprès d’étudiants âgés de 18 à 25 ans, basé sur trois facteurs : les relations familiales, la santé, et les revenus.

Les données révèlent que l’intérêt des jeunes de la génération post-90 – concernant les relations familiales – est plus élevé que chez les autres personnes, et même plus que les revenus.

A la différence des générations précédentes, les jeunes peuvent profiter de 3 à 5 heures de temps libre par jour, dans des activités de loisirs,  par exemple, comme la «formation amateur» et la «lecture».

Chacun d’entre eux détient en moyenne entre 4 et 5 centres d’intérêt et passe-temps fixes, tels que le cinéma, la musique et les jeux. D’après l’enquête, la plupart des jeunes sont prêts à dépenser de l’argent pour leurs loisirs.