lundi, mai 27

«Les négociations dans le domaine du désarmement s’avèrent de plus en plus évidents»

Le 11 juin, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a prononcé un discours par liaison vidéo lors de la Conférence du Désarmement à Genève. Ce discours est le premier prononcé par un Ministre chinois des Affaires étrangères en 12 ans lors de la Conférence du Désarmement.  

Le porte-parole du ministère, Zhao Lijian, a expliqué que les problèmes et défis sécuritaires internationaux nécessite «une solution mondiale. Dans ce contexte, le statut et le rôle de la Conférence du Désarmement, en tant qu’instance multilatérale unique de la communauté internationale pour les négociations dans le domaine du désarmement, s’avèrent de plus en plus évidents».

Cette année marque le 50e anniversaire du rétablissement de la Chine dans son siège aux Nations Unies et aussi le 41e anniversaire de la participation de la Chine à la Conférence du Désarmement.

«Depuis des décennies, la Chine a participé activement au processus international de contrôle des armements et de désarmement, a pris part de manière globale et approfondie au travail de la Conférence du Désarmement et y a joué un rôle constructif», a expliqué Zhao Lijian.

Dans son discours, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a appelé les pays participants à «développer la coopération gagnant-gagnant, rechercher la paix et la sécurité par la coopération et rejeter fermement la mentalité de la guerre froide et le jeu à somme nulle, en vue de réaliser la sécurité commune».

Ce dernier a expliqué que «dès le premier jour où nous nous sommes dotés d’armes nucléaires, nous avons plaidé clairement pour l’interdiction complète et la destruction totale des armes nucléaires dans le monde, et nous nous sommes engagés ouvertement à ne jamais utiliser en premier les armes nucléaires, à aucun moment et en aucune circonstance».

Or selon les derniers chiffres de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm [Sipri], en 2020, la Chine possédait 320 armes nucléaires, soit 30 armes de plus par rapport à 2019. Selon le Sipri, les forces stratégiques chinoises en compteraient désormais 350, soit une augmentation de près de 10% en un an.

Toutefois, un rapport du Pentagone publié en février 2020 prédit que la Chine doublera son arsenal nucléaire d’ici dix ans. «Le gouvernement de Xi Jinping ne veut plus seulement moderniser le pays mais s’affirmer comme puissance mondiale et à terme rivaliser militairement avec les États-Unis», ont écrit les rapporteurs. Cependant, même multiplié par deux, l’arsenal chinois n’atteindrait que 700 bombes, ce qui est insuffisant pour inquiéter le Pentagone.

Ministre des affaires étrangères, Wang Yi

«La Chine applique depuis toujours une politique de ne pas employer ni menacer d’employer, en aucun cas, les armes nucléaires contre les pays et zones exempts d’armes nucléaires. Elle ne se soustrait jamais à ses obligations internationales sur le désarmement et le contrôle des armements, maintient toujours ses forces nucléaires au strict besoin de la sécurité nationale et ne rivalise jamais d’ampleur ou de quantité avec d’autres pays», a affirmé le ministre.

Wang Yi a indiqué que «les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité doivent réaffirmer ensemble le principe important selon lequel une guerre nucléaire ne peut pas être gagnée et ne doit jamais être menée». Dans le cadre d’une réflexion nationale, le ministre a fait quatre propositions aux pays participants à cette Conférence du Désarmement :

  • préserver ensemble la stabilité stratégique mondiale.
  • respecter les traités internationaux en matière de contrôle des armements.
  • gérer les dossiers de la non-prolifération par voie de négociation.
  • perfectionner la gouvernance mondiale pour la sécurité dans de nouveaux domaines.

«La Chine appelle la Conférence du Désarmement à lancer rapidement les négociations sur un traité de la prévention de la course aux armements dans l’espace et est ouverte à toute proposition constructive sur le projet du traité relatif à la prévention du déploiement d’armes dans l’espace et de la menace ou de l’emploi de la force contre des objets spatiaux (PPWT) qu’elle a avancé conjointement avec la Russie».

«En tant que membre responsable de la Conférence du Désarmement, la Chine entend travailler avec toutes les parties pour promouvoir continuellement le processus de contrôle des armements et de non-prolifération, adhérer à la coopération gagnant-gagnant, à l’équité et à la justice et s’opposer au jeu à somme nulle et à la manipulation politique, de sorte à apporter une nouvelle contribution à la construction d’un monde de paix durable et de sécurité partagée», a indiqué le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *