L’armée philippine a ordonné le 25 mars le déploiement de navires en mer de Chine méridionale, dans le contexte d’un conflit diplomatique tendu suite à la présence d’une flotte de bateaux chinois stationnés près d’un récif disputé.

Mer de Chine

La Chine revendique la quasi-totalité de la mer de Chine, riche en ressources et a été accusée par les États-Unis de chercher à « intimider, contraindre et menacer d’autres nations » en stationnant ses navires près du récif de Whitsun.

Lire aussi : La Chine s’oppose à la présence militaire étrangère en mer de Chine méridionale

Manille a demandé à la Chine de rappeler 183 bateaux envoyés près du récif situé dans l’archipel des Spratleys à environ 320km à l’ouest de l’île philippine de Palawan, décrivant leur présence comme une « incursion ».

Environ 220 bateaux ont été détectés par les garde-côtes philippins le 7 mars, mais l’information a été récemment révélé, après le passage d’une patrouille aérienne militaire au-dessus du récif ayant permis de constater que 183 bateaux s’y trouvaient toujours. La Chine affirme que les bateaux de pêche s’abritent du mauvais temps près du récif.

Lire aussiLes Philippines accusent la Chine d’«incursion» dans une zone maritime disputée

Un porte-parole des forces armées des Philippines a déclaré que les navires supplémentaires de la marine effectueraient des « patrouilles de souveraineté » dans la zone.

Plusieurs pays, dont le Canada, l’Australie et le Japon, ont exprimé leur inquiétude face à ce qu’il considère comme un regain de tensions dans la région.

Le président philippin Rodrigo Duterte a rencontré l’ambassadeur de Chine aux Philippines et a exprimé son inquiétude quant à la présence des navires, a déclaré le 25 mars le porte-parole de la présidence, Harry Roque, assurant qu’il n’y avait « pas de réelle controverse puisqu’ils (les Chinois) n’insistent pas pour rester en permanence ».