Le gouvernement envisage de modifier les programmes universitaires et les centres éducatifs afin de les adapter aux personnes âgées, dans le but de les former à des compétences modernes.

Les autorités souhaitent ainsi faire face au vieillissement rapide de la société et la diminution de la main d’oeuvre. D’après certains médias chinois, cette perspective est favorablement accueillie par les retraités qui souhaitent réintégrer le marché du travail, et améliorer leurs conditions de vie.

Cependant certains experts craignent que l’absence de législation freine les changements dans les établissements d’enseignement. Actuellement, les universités proposent aux personnes de plus de 60 ans des cours sur les arts et la culture traditionnels, dans le but de cultiver leurs loisirs et de lutter contre la solitude et les problèmes psychologiques.

Pour Diao Haifeng, responsable de la communication pour le Bureau de la Commission nationale de travail sur le vieillissement, « les autorités centrales envisagent aujourd’hui d’ajouter plus de classes à forte intensité en connaissances et compétences pour améliorer les possibilités d’emploi des seniors ».

« La commission veut ainsi créer des cours pour mieux exploiter le potentiel des apprenants pour compléter une main d’oeuvre en baisse », a souligné ce dernier, qui est également vice-président de l’Association chinoise des universités pour personnes âgées.

Selon le Bureau national des statistiques, la Chine comptait plus de 149 millions de personnes âgées de 65 ans et plus en 2016. La proportion de personnes âgées dépendantes de personnes en âge de travailler était de 15 pour 100.

D’après le ministère des Ressources humaines et de la Sécurité sociale, les experts prévoient que le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus pourrait atteindre 500 millions d’ici à 2050. Le ratio de dépendance des personnes âgées devrait être alors de 10 pour 13.

Les hommes partent à la retraite à 60 ans contre 55 ans pour les femmes. Or, aucune législation n’a été mise en place pour protéger les droits des personnes âgées à être de nouveau employés. Ainsi, elles peuvent se voir refusés à un emploi en raison de leur âge où peuvent être exploitée par les employeurs.

Selon Dang Junwu, directeur adjoint du Centre de recherche sur le vieillissement, «les ressources humaines en personnes âgées, sous-développées dans les zones urbaines en raison du faible âge de la retraite, sont avantageuses et stables. Mais pour exploiter la main-d’œuvre âgée, il devrait y avoir plus qu’un simple changement de programme», en référence au manque de lois et de politiques.

Cependant Yi Fangli, professeur à l’Université pour personnes âgées de Xicheng à Beijing, a expliqué douter que «de tels cours stimulent l’emploi car la plupart des gens qui viennent ici le font pour tuer le temps, et pas pour acquérir des compétences professionnelles».