Par MIT Sloan School of Management – Dans un article le professeur Jackson Lu a étudié une nouvelle forme de stéréotypes et de discrimination en Chine basée sur les signes astrologiques occidentaux.

Jackson Lu est professeur de développement de carrière Mitsui (Mitsui Career Development) et professeur assistant d’études sur le travail et l’organisation à la MIT Sloan School of Management.

Il a découvert que les «stéréotypes astrologiques» sur les personnalités se sont formés sans réalité sociale préexistante, mais elles façonnent la réalité sociale via la discrimination, en particulier contre les personnes ayant le signe vierge.

«Parce que les stéréotypes et la réalité sociale se renforcent mutuellement, il est souvent difficile de savoir si un stéréotype donné a émergé d’une réalité sociale préexistante ou s’il a plutôt façonné la réalité sociale au fil du temps pour ressembler au stéréotype. C’est un problème de poule ou d’œuf auquel les spécialistes des sciences sociales ont eu du mal à répondre», a indiqué Jackson Lu.

Pour aider à démêler les stéréotypes de la réalité sociale, Jackson Lu et ses collègues ont mené un premier examen systématique des stéréotypes et de la discrimination astrologiques en Chine.

Grâce à la mondialisation, ces signes ont été introduits en Chine et traduits de l’anglais vers le chinois. Avec l’aide des réseaux sociaux, les signes astrologiques sont devenus une tendance culturelle dominante en Chine.

Il existe également de nombreuses preuves anecdotiques que les gens utilisent des signes astrologiques pour déduire des traits de personnalité et pour prendre des décisions concernant les fréquentations et l’emploi. Surtout, chaque signe astrologique est associé à certaines personnalités en fonction de la façon dont son nom est traduit en chinois.

«Par exemple, le mot « vierge » est littéralement traduit par « vierge » en chinois, et les vierges sont stéréotypées comme étant des personnalités désagréables, pointilleuses, et critiques», a expliqué ce dernier.

« Certaines offres d’emploi publiées en Chine indiquent que les candidats Vierge ne sont pas recherchés, et certains chinois évitent les Vierges sur les applications de rencontres », a indiqué Jackson Lu.

Dans une étude, les chercheurs ont mené des enquêtes demandant aux Chinois leurs impressions sur les signes astrologiques. Les participants ont clairement classé les Vierges comme le pire signe, suivi du Scorpion car sa traduction chinoise est associée au scorpion venimeux.

D’autres études ont examiné deux traductions chinoises du mot «Vierge». Les chercheurs ont tiré parti d’un fait intéressant selon lequel la Vierge peut être traduite de deux manières: «Vierge» est la traduction bien connue en astrologie, tandis que «dame de chambre royale» est la traduction la moins connue en astronomie.

Les participants ont consulté le profil d’un individu Vierge. Les profils étaient identiques, sauf que la Vierge était soit traduite par «vierge» ou «dame de chambre royale». Les participants ont perçu le profil «vierge» comme une personne plus désagréable que le profil «femme de chambre royale».

«Cette étude montre que la traduction peut jouer un rôle essentiel dans la création de stéréotypes», a expliqué Jackson Lu. Dans une autre étude, les chercheurs ont expérimenté une application chinoise de rencontre très populaire, en utilisant un profil identique mais avec des signes astrologiques différents : Vierge, Lion ou Balance.

Le profil Vierge a reçu beaucoup moins de «j’aime» que les profils Lion et Balance, ce qui suggère que les gens font de la discrimination contre les Vierges dans les rencontres.

Ils ont également mené une expérience similaire dans le cadre de l’embauche, en utilisant le même CV mais avec des signes astrologiques différents. Les chercheurs ont constamment constaté que les responsables chinois du recrutement sont moins disposés à embaucher des Vierges en raison de leur personnalité perçue comme désagréable.

Quant à savoir s’il existe une origine à une telle discrimination, basée sur des signes astrologiques, Jackson Lu a indiqué que leurs études n’en ont trouvé aucune. « Nous n’avons trouvé aucune preuve que les signes astrologiques prédisent la personnalité ou les performances professionnelles », a indiqué ce dernier.

Jackson Lu a précisé que « contrairement à la race ou au sexe, les signes astrologiques ne sont pas une classe protégée, mais ils constituent la base d’une discrimination généralisée dans des contextes sociaux tels que les fréquentations et l’embauche. Les gens doivent être conscients de ce phénomène ».

Le chercheur a souligné que « dans le cas des stéréotypes astrologiques en Chine, la question de la poule et de l’œuf a une réponse claire. Les stéréotypes sont venus en premier lieu à cause des traductions linguistiques, et ces stéréotypes ont ensuite façonné la réalité sociale via la discrimination ».

Jackson Lu est l’auteur principal de «Dissocier les stéréotypes de la réalité sociale: stéréotypes astrologiques et discrimination en Chine», avec Xin Lucy Liu de l’Université de Pékin, Hui Liao de l’Université du Maryland et Lei Wang de l’Université de Pékin. Leur article a été publié dans le Journal of Personality and Social Psychology.