À l’occasion du sommet de Madrid, l’OTAN a présenté son nouveau concept stratégique, un document ou une feuille de route devant inscrire le ton et la position de l’OTAN sur la scène internationale.

Selon le communiqué publié sur le site de l’Otan, « les dirigeants ont approuvé le nouveau concept stratégique de l’OTAN, qui guidera l’action de l’Alliance dans un monde devenu plus dangereux, où la compétition s’intensifie. Ce concept définit l’approche de l’OTAN à l’égard de la Russie et d’autres menaces, telles que le terrorisme ou les menaces cyber et hybrides. Il prend pour la première fois en considération les défis liés à la Chine« .

Les dirigeants ont ainsi décidé de mettre fin à toute coopération avec le président russe Vladimir Poutine, en raison de la guerre en Ukraine. Concernant la Chine, ils écrivent que « nous nous trouvons face à une compétition systémique de la part d’acteurs, parmi lesquels la République populaire de Chine, qui portent atteinte à nos intérêts, à notre sécurité et à nos valeurs, et qui cherchent à fragiliser l’ordre international fondé sur des règles ».

Voilà comment Selon le site Opex360, l’OTAN décrit la Chine comme un pays qui « affiche des ambitions et mène des politiques coercitives qui sont contraires à nos intérêts, à notre sécurité et à nos valeurs ». Selon l’organisation internationale, Pékin « recourt à une large panoplie d’outils politiques, économiques et militaires pour renforcer sa présence dans le monde et projeter sa puissance » tout en entretenant parallèlement « le flou quant à sa stratégie, à ses intentions et au renforcement de son dispositif militaire. »

Pour résumer, la Chine « s’emploie à saper l’ordre international fondé sur des règles, notamment pour ce qui concerne les domaines spatiaux, cyber et maritime », a indiqué l’OTAN. L’Alliance souhaite toute de même « interagir de façon constructive avec la Chine tout en veillant à « répondre aux défis systémiques » que celle-ci « fait peser sur la sécurité euro-atlantique ». « Nous affinerons notre connaissance commune des enjeux, renforcerons notre résilience, relèverons notre niveau de préparation, et nous prémunirons contre les procédés coercitifs employés » par la Chine ainsi que contre ses « tentatives visant à diviser l’Alliance ».

De son côté, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a condamné ce nouveau concept stratégique de l’OTAN, affirmant que ce document « déforme les faits, salissait la politique étrangère de la Chine, tenait des propos irresponsables sur le développement militaire et la politique de défense nationale de la Chine, encourageait la confrontation et relevait d’une mentalité de guerre froide ».

Gilbert Achcar, professeur de relations internationales à l’Ecole des études orientales et africaines de l’université de Londres, a déclaré à l’agence de presse Xinhua que ce nouveau « concept stratégique » montrait que les ambitions de l’alliance allaient bien au-delà du domaine traditionnel de l’OTAN, et tendaient à s’aventurer « jusque dans la région Asie-Pacifique. »