Washington aurait commandé une flotte de LRUSV, des bateaux sans pilote capables de lancer des munitions rôdeuses, relate Slate.

Une dizaine de jours après l’investiture de Joe Biden, le nouveau gouvernement américain a déjà envoyé plusieurs avertissements à la Chine sur son expansionnisme en mer de Chine, région stratégique et sujets à de fortes tensions.

Lire aussi : Joe Biden qualifie la Chine de « concurrent le plus sérieux » des États-Unis

Washington pourrait agir dans la région, car le pays serait sur le point d’agrémenter son arsenal militaire de drones maritimes kamikazes flambant neufs, comme l’article du site Slate, 4 février 2021.

Ces bateaux high-tech, baptisés Long Range Unmanned Surface Vessels (LRUSV) et développés par la société américaine Metal Shark (requins métallisés, NDLR), sont «capables d’effectuer de longs trajets de manière autonome et de lancer des munitions rôdeuses sur des cibles terrestres ou navales», selon un document officiel.

Washington rejette depuis longtemps les revendications de la Chine sur la quasi-totalité des îlots et récifs de la mer de Chine méridionale face aux pays riverains (Malaisie, Vietnam, Philippines, Brunei).

En cas de conflit, la stratégie américaine sera de reprendre par la force les îlots, un à un. Or, les LRUSV, destinés à sillonner les mers, pourraient intervenir dans le secteur. De son côté, la Chine a récemment développé un « canon à drones ».

L’Académie chinoise d’électronique et d’information technologique (CAEIT) a présenté son système de drones à bas coût. Il s’agit d’un essaim de 48 drones contenant une dose d’explosif libéré, soit par un camion, soit par un hélicoptère avec une étonnante rapidité d’exécution. Ces drones sont des CH-901 que la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC) a développés dans les années 2000 afin d’effectuer des missions d’attaque suicide.