Micron Technology a annoncé le 5 juillet que l’interdiction provisoire de vendre ses puces en Chine affecterait son chiffre d’affaires pour le trimestre en cours d’1% . La société américaine a annoncé un chiffre d’affaires compris entre 8,0 et 8,4 milliards de dollars (7 et 7,2 milliards d’euros) au titre du 4ème trimestre de son exercice décalé.

Dans un communiqué, la société a confirmé pour la première fois qu’il était interdit provisoirement à deux de ses filiales de vendre certains produits en Chine à la suite de la plainte de ses concurrents United Microelectronics Corporation (UMC) et Fujian Jinhua Integrated Circuit, qui les accusent de violations de brevets.

L’interdiction provisoire de vente contre Micron émise par le tribunal de Fuzhou intervient alors que Beijing et Washington sont en pleine guerre commerciale. «Il semble que les semi-conducteurs pourraient devenir un sujet de premier plan dans les négociations entre l’administration Trump et la Chine», a estimé auprès de l’Agence France presse C.J. Muse, analyste chez Iscore.

«A court terme, cela pourrait favoriser les fabricants de puces non-américains», a indiqué ce dernier. La plainte d’UMC fait suite à celle de Micron déposée en décembre 2017 contre ses concurrents chinois devant un tribunal californien pour vol de secrets commerciaux.

Micron a assuré que ses produits ne violaient pas les brevets des entreprises chinoises, ajoutant que la décision du tribunal de Fuzhou «était incompatible avec une audience équitable». «Le tribunal de Fuzhou a rendu cette décision préliminaire avant de permettre à Micron de présenter sa défense», a souligné Joel Poppen, avocat du groupe américain.

Suspension de la vente de produits de l’américain Micron en Chine