La Chine a déployé des missiles balistiques intercontinentaux sophistiqués Dongfeng-41 près de la frontière avec la Russie, dans un contexte toujours aussi tendu entre la Chine et les Etats-Unis.

Des photos « ont été prises dans la province de Heilongjiang« , montrant des systèmes de missiles ont été diffusées sur internet.  Selon l’agence de presse russe RIA Novosti, deux autres bases de missiles balistiques ont été déployées dans la province du Henan et dans la région autonome du Xinjiang.

De son côté, Moscou a assuré que ce déploiement n’est « pas une menace pour la Russie« , selon le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Ce dernier a assuré que la Chine est « un partenaire stratégique » de la Russie à la fois politique et économique.

Il a réitéré que « bien entendu le renforcement militaire en Chine, si les informations s’avèrent correctes, ne sont pas perçus comme une menace pour notre pays« .

L’analyste militaire russe Konstantin Sivkov a expliqué à l’agence de presse RIA Novosti, que « les missiles DF-41 déployés près des frontières russes sont une menace de moindre importance que s’ils étaient déployés plus à l’intérieur du territoire chinois. De tels missiles ont une ‘zone morte’ très large« , ajoutant que « les DF-41 ne pouvaient pas cibler l’Extrême-Orient russe ni la Sibérie« .

Ce déploiement pourrait être un moyen de pression de la part de la Chine contre le système américain de défense de surface à haute altitude (THAAD) installée en Corée du Sud. En effet, le 19 janvier, Beijing et Moscou se sont mis d’accord pour adopter des contre-mesures qui « viseront à protéger les intérêts de la Chine et de la Russie et l’équilibre stratégique dans la région », selon l’agence de presse Xinhua.

Mais les deux pays ont réitéré leur demande auprès des Etats-Unis et de la Corée du Sud à « répondre à leurs préoccupations en matière de sécurité et à arrêter le déploiement de THAAD dans la péninsule coréenne » a indiqué Xinua.

Des experts cités par les médias chinois et russes ont mit en exergue que la déclaration russo-chinoise est intervenue sur fond d’aggravation des relations entre Beijing et Washington, et notamment concernant les relations entre les États-Unis et Taïwan. D’autant que le président sortant Barack Obama avait acté une ligne budgétaire au sein du budget de la Défense prévoyant le financement d’un programme de coopération militaire avec Taïwan.