La Chine a annoncé le 15 août avoir organisé de nouveaux exercices militaires autour de Taïwan, où cinq parlementaires américains sont actuellement en visite.

« Le 15 août, le Théâtre oriental de l’Armée populaire de libération chinoise a organisé une patrouille de préparation au combat interarmées multi-services et des exercices de combat dans la mer et l’espace aérien autour de Taïwan », a déclaré le commandement du Théâtre oriental de l’armée chinoise dans un communiqué.

Une délégation de membres du Congrès américain est arrivée le 14 août à Taïwan pour une visite qui n’était pas annoncée, a indiqué une source diplomatique américaine dans l’île.

Cette visite de cinq personnes, qui n’était pas annoncée, a duré jusqu’au 15 août, selon l’Institut américain à Taïwan, l’ambassade de facto des États-Unis dans l’île.

PEKIN NE DÉCOLÈRE PAS

La Chine a répondu avec colère à cette visite également. L’agence officielle Xinhua a publié un commentaire avec pour titre: « Les politiciens américains devraient cesser de jouer avec le feu sur la question de Taïwan ».

Selon l’auteur de cet article, « cette visite est un pur coup de pub politique, qui enfreint de manière flagrante le principe d’une seule Chine et les stipulations des trois Communiqués conjoints sino-américains ».

La visite de Nancy Pelosi à Taiwan a déjà clairement révélé l’égoïsme de certains politiciens de Washington, et a mis à nu l’obsession des Etats-Unis à jouer la « carte de Taiwan » dans le but d’endiguer la Chine, a écrit l’agence de presse chinoise, Xinhua.

« Ce qui les préoccupe vraiment, ce sont leurs propres intérêts politiques aux Etats-Unis, notamment à l’approche des élections de mi-mandat. Les politiciens américains qui jouent avec le feu sur la question de Taiwan doivent cependant cesser de prendre leurs désirs pour des réalités ».

De son côté, Ma Xiaoguang, porte-parole du Bureau des affaires de Taiwan du Conseil des Affaires d’Etat, a exprimé l’opposition ferme de cette visite « dans la région chinoise de Taiwan par certains politiciens et membres du Congrès des Etats-Unis ».

« Leur visite à Taiwan constitue une autre preuve de la violation des engagements des Etats-Unis concernant la question de Taiwan et un acte de sabotage à la paix et à la stabilité à travers le détroit de Taiwan », a indiqué le porte-parole.

Ce dernier a rapplé que ces visites sont une enfreinte au principe d’une seule Chine et aux dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains. « Certains Américains n’ont pas tiré une leçon des graves conséquences de la visite de Nancy Pelosi à Taiwan, et les autorités du Parti démocrate progressiste (PDP) de Taiwan ont à plusieurs reprises attiré des forces anti-chinoises extérieures pour faire des provocations visant à l' »indépendance de Taiwan », a noté ce dernier.

« Ces actes ont pleinement révélé les intentions sinistres des Etats-Unis pour contenir la Chine en utilisant Taiwan et des autorités du PDP de chercher l’indépendance en sollicitant le soutien des Etats-Unis », a ajouté Ma Xiaoguang.

Les autorités du PDP recevront des sanctions plus sévères si elles continuent de compter sur les forces extérieures pour chercher l’« indépendance de Taiwan », a averti le porte-parole.

TAÏWAN MAINTIENT LA PRESSION

La visite survient quelques jours après la fin des manoeuvres militaires les plus importantes jamais réalisées par Pékin autour de Taïwan, suite à la visite de la présidente de la Chambre américaine des représentants, Nancy Pelosi, qui avait provoqué la colère de la Chine.

Taipei a accusé la Chine d’avoir pris prétexte de la visite de Nancy Pelosi pour s’entraîner à une invasion. En réponse, les Etats-Unis ont réaffirmé leur engagement dans la région.

Lire aussi : Taïwan estime que la Chine utilise les exercices pour « préparer une invasion »

La nouvelle délégation du Congrès américain, composée de membres des partis démocrates et républicains du Sénat et de la Chambre des Représentants, rassemble des représentants des comités importants du Congrès, soit de l’armement, des taxes et du commerce extérieur ainsi que des affaires étrangères, a indiqué le ministère taiwanais des affaires étrangères.

Au cours de son séjour à Taïwan, la délégation a rencontré la dirigeante Tsai Ing-wen, a prit part à une réception organisée par le MOFA et son ministre des Affaires Étrangères Joseph Wu, puis a effectué une visite au Comité de Défense Nationale et Extérieure dépendant du Yuan Législatif.

Pour le ministère taiwanais, « cette visite illustre une nouvelle fois le soutien ferme des Etats-Unis auprès de Taïwan en cette période de tensions accrues dans le Détroit de Taïwan ».

« Le choix de Ed Markey à la tête de la délégation en est un autre exemple, le sénateur ayant lui-même signé le Taiwan Relation Act en 1979 alors qu’il était membre de la Chambre des Représentants », a indiqué le communiqué du gouvernement taiwanais.

Lors de cette rencontre, Tsai Ing-wen a réitéré la volonté de Taïwan de développer de plus amples relations économiques avec les pays, comme les États-Unis. Pour exemple, elle a cité l’Initiative Taïwan – États-Unis dont le forum d’inauguration s’est tenu au mois de juin dernier ou encore les possibilités d’un commerce de haut-niveau ou encore d’accords portant sur la suppression d’une double taxation.

Selon elle, « l’invasion de l’Ukraine par la Russie a mis en lumière la menace que les nations vouées à l’autoritarisme font peser sur l’ensemble de la planète. Les exercices militaires organisés récemment par la Chine dans les eaux proches de Taïwan ont eu pour effet de mettre à mal la situation de paix et stabilité dans la région. Toujours selon Tsai Ing-wen, Taïwan est cependant déterminé à assurer cette stabilité en maintenant le statu quo dans le Détroit« .

De son côté, le sénateur Ed Markey a décrit Taïwan comme « un phare de la démocratie et de la liberté d’expression dans une région où de nombreuses personnes qui se battent pour ces valeurs communes sont aujourd’hui devenues des cibles ».

Ce dernier a indiqué que « Taïwan s’est montré à la tête de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et est devenu aujourd’hui un des plus grands fabricants au monde de haute-technologies, en particulier les semi-conducteurs et dont l’expertise peut bénéficier au monde entier ».