Premier jour du premier mois du calendrier lunaire, le Nouvel an est célébré entre le 21 janvier et le 20 février, lors de la seconde nouvelle lune depuis le solstice d’hiver.

Datant de la dynastie des Shang (environ 17e-11e siècles avant notre ère), la Fête du Printemps, qui correspond au Nouvel An, a prit son origine lorsque les chinois offraient un sacrifice ou une offrande aux divinités ou aux ancêtres en début d’année.

Appelé Guo Nian (过年, guò nián , passer le Nouvel An), ce jour est l’occasion pour les anciens de transmettre les traditions à la jeune génération. Mais également de faire des offrandes au ciel et à la terre, de prier pour les dieux afin qu’ils offrent de bonnes récoltes et d’honorer les ancêtres.

Rituel : Honorer les ancêtres et les dieux

Le premier jour de l’année est appelé « yuán dàn ». Yuan signifiant début et Dan, lever du jour. Cette journée représente le premier du jour, le premier du mois et le premier de l’année. Raison pour laquelle, ce jour est appelé « trois débuts« .

La Fête du Printemps possède plusieurs us et coutumes, dont certaines traditions sont encore pratiquées. Le 8 du 12ème mois de la lune, du riz glutineux, du millet, des jujubes, des graines de lotus, des haricots rouges, des pulpes de longane et des graines de ginkgo sont cuisinés.

Le 23 du 12ème mois lunaire est appelé « petit Nouvel An », moment durant lequel, un sacrifice est fait au génie de la maison. Une fois ce rite accompli, les préparatifs débutent pour accueillir le Nouvel An lunaire, qui commence officiellement.

Chaque année, les familles achètent du riz, de la farine de blé, du poulet, du canard, de poissons, de la viande, de fruits, de bonbons et de gâteaux ainsi que des ornements. De nouveaux vêtements sont offerts aux enfants et des cadeaux sont adressés aux parents et amis. La famille fait table rase du passé en faisant un grand nettoyage.

Les chambres sont décorées de rouge et d’or. Sur les chambranles des portes, des devises calligraphiées sur des papiers rouges sont collés pour exprimer les vœux.

Le caractère renversé « bonheur, xi » est collé sur le portrait du dieu gardien ou du Dieu de la Fortune, signifiant ainsi l’arrivée du bonheur pour toute la famille. Deux lanternes rouges sont suspendues à l’entrée de la maison, les fenêtres sont décorée de papiers découpés et des peintures de couleur vive sont accrochées au mur de la maison. Chaque partie de l’habitat est décoré pour  donner une sentiment de bonheur et de renouveau.

Tradition : Repas en famille 

Le Nouvel an est le plus important de l’année pour les chinois. Un repas est spécialement préparé, pour tous les membres de la famille. Beaucoup plus copieux que les autres, le repas doit contenir au moins trois plats de poulet, poisson et de fromage de soja, car ils signifient, selon l’homonymie du chinois, « le bon augure et l’excédent de grains et d’argent ».

Jiaozi représente « l’adieu à l’année qui s’achève et l’accueil de l’année qui arrive »

Le repas dans le nord du pays est composé de Jiaozi, qui représente « l’adieu à l’année qui s’achève et l’accueil de l’année qui arrive », d’autant qu’il a la forme d’u lingot d’or antique. Dans le sud, il mangent des gâteaux de riz glutineux qui signifie que « tout va mieux d’année en année ».

Le nouvel an se célèbre traditionnellement avec des pétards, car leurs éclats chassent les démons. Chacun prie alors au son des pétard pour la paix et le bonheur. Depuis quelques années, les pétards sont de plus en plus réglementés, en raison de la recrudescence des incendies et accidents.

Le 1er jour du 1er mois lunaire, les chinois, habillés pour l’occasion, vont adresser leurs salutations à leurs parents. Les parents donnent à leurs enfants la « petite enveloppe« , argent mis dans une enveloppe rouge.

Les cinq premiers jours de l’année, chacun rend visite à ses parents, amis, camarades de classe et collègues, pour présenter leurs vœux de bonne année et échanger des cadeaux.