Offre d’emploi en Chine : Taïwan les interdit, Beijing dénonce

par | Mai 12, 2021 | TAIWAN

Taïwan interdit à ses ressortissants de postuler à des offres d’emploi situées en Chine, Beijing a condamné cette interdiction.

Les entreprises présentes à Taïwan n’ont plus le droit de publier d’offres d’emploi pour des postes situés en Chine. Le gouvernement de Taïwan tente ainsi de lutter contre la fuite des cerveaux et d’empêcher la Chine de prendre de l’avance dans le domaine des semi-conducteurs.

Lire aussi : «La Chine met l’accent sur la production avancée de puces»

Dans un contexte de tension entre Taipei et Beijing, le ministère du travail de Taiwan a déclaré que toutes les sociétés taïwanaises et étrangères présentes sur l’île n’ont plus l’autorisation de publier d’offres d’emploi pour des postes situés en Chine.

Une restriction qui va s’appliquer en premier lieu dans des secteurs sensibles, tels que les semi-conducteurs et les nouvelles technologies. Cette mesure devrait selon les analyses mettre à mal les ambitions de la Chine qui développe ardemment l’industrie des semi-conducteurs sur le continent, dans un contexte de pénurie mondiale.

Le ministère du Travail précise dans son communiqué de presse qu’en raison «des tensions géopolitiques entre les États-Unis et la Chine, le développement des semi-conducteurs en Chine a subi quelques revers et la Chine est donc devenue plus agressive dans le ciblage et le recrutement des meilleurs talents taïwanais dans le domaine des puces afin de contribuer à la mise en place d’une chaîne d’approvisionnement autosuffisante».

Lire aussiIntel intensifie ses recrutements à Taïwan pour sécuriser sa chaîne d’approvisionnement

Or désormais, les chasseurs de têtes ont interdiction de débaucher les taïwanais pour aller travailler dans une entreprise située en Chine. Le ministère taiwanais a dit se réserver le droit de délivrer des amendes en cas d’infraction et «si le recrutement concerne le secteur des semi-conducteurs, la sanction sera encore plus lourde».

A Beijing, Zhu Fenglian, porte-parole du Bureau des affaires de Taiwan du Conseil des Affaires d’Etat, a condamné «la tentative de l’autorité du Parti démocrate progressiste (PDP) d’entraver le droit des Taiwanais aux informations liées à l’emploi et aux opportunités de développement sur la partie continentale de la Chine».

«C’est la liberté personnelle et le droit légitime des compatriotes taiwanais de choisir de travailler sur la partie continentale», a indiqué cette dernière, ajoutant que «l’obstruction de l’autorité du PDP nuirait aux intérêts vitaux des compatriotes taiwanais».  

D’ailleurs, la Chine a annoncé son intention de continuer à mettre en oeuvre une série de mesures favorables pour soutenir le développement des entreprises financées par Taiwan impliquées dans l’agriculture et la foresterie en Chine continentale.

Dans le cadre de sa politique de revitalisation rurale, la Chine a mit en place une campagne, nommée «22 mesures sur l’agriculture et la foresterie». Ces mesures ont été dévoilées en mars et couvrent divers aspects, dont l’utilisation des terres agricoles et forestières, le financement et le soutien financier, les investissements et les activités commerciales, la recherche et le développement, l’innovation et la prospection du marché local.

Zhu Fenglian a détaillé les efforts déployés par les autorités locales du Sichuan, du Fujian, du Zhejiang, du Shandong et du Guizhou pour mettre en oeuvre ces mesures, allant de la construction et de la modernisation de zones agricoles, les activités de coopération et d’échange à l’aide financière aux entreprises financées par Taiwan en Chine continentale.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :