La Chine et les Etats-Unis devraient « travailler ensemble pour contenir les forces séparatistes de Taiwan« , a déclaré l’ambassadeur de Chine aux Etats-Unis, Qin Gang, alors que Nancy Pelosi rencontre le vice-dirigeant taiwanais.

Dans un entretien diffusé le 28 janvier sur la radio publique américaine NPR, Qin Gang a indiqué que la Chine et les Etats-Unis s’étaient « petit à petit » éloignés de cet engagement.

Évoquant la récente escalade des tensions à travers le détroit de Taiwan, l’ambassadeur a expliqué que « c’est parce que les autorités taiwanaises essaient de travailler leur calendrier de l’indépendance en s’appuyant sur le soutien et l’encouragement des Etats-Unis et que les Etats-Unis jouent la carte de Taiwan ».

« Nous avons pris note des propos du président Joe Biden selon lesquels les Etats-Unis ne soutiennent pas l’indépendance de Taiwan et ils veulent la paix et la stabilité à travers le détroit de Taiwan et adhéreront à la politique d’une seule Chine ; mais jusqu’à présent, nous n’avons pas vu beaucoup d’actions pour honorer ces paroles », a-t-il déclaré.

La question de Taiwan « est la plus grande poudrière entre la Chine et les Etats-Unis », a déclaré Qin Gang. « Si les autorités taiwanaises, enhardies par les Etats-Unis, continuent sur la voie de l’indépendance, cela impliquera très probablement la Chine et les Etats-Unis, ces deux grands pays, dans un conflit militaire ».

« La Chine ne veut pas de conflit ou de confrontation avec les Etats-Unis. Les Etats-Unis ne veulent pas de guerre avec la Chine. Donc ‘pas de guerre, pas de conflit’ est le plus grand consensus entre la Chine et les Etats-Unis. Alors travaillons ensemble pour contenir les forces séparatistes de Taiwan, pour donner une chance à la paix », a-t-il ajouté.

Considérant la relation sino-américaine comme étant « la relation la plus importante », Qin Gang a déclaré : « nous devons bien travailler et ne rien gâcher ». Ce dernier a indiqué que la Chine ne s’engagera pas à renoncer aux moyens non pacifiques pour la réunification, « car il s’agit d’un moyen de dissuasion pour les forces séparatistes, qui ne cible pas le peuple taiwanais ».

En dépit de l’appel lancé par l’ambassadeur, les représentants américains ont décidé d’apporter un soutien plus appuyé aux dirigeants taiwanais. Après la vice-présidente américaine, Kamala Harris, c’est au tour de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, de rencontrer Lai Ching-te.

Lire aussi : Taiwan : la Chine met en garde contre un « conflit militaire » avec les États-Unis

De son côté, Zhao Lijian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a déclaré que « la Chine a exhorté les Etats-Unis à respecter le principe d’une seule Chine et les stipulations des trois communiqués conjoints sino-américains, ainsi qu’à cesser immédiatement les actes erronés concernant les échanges officiels avec Taiwan ».

« Nous demandons instamment aux Etats-Unis d’éviter d’envoyer tout signal erroné aux forces séparatistes de l »indépendance de Taiwan’, et de s’abstenir de compromettre davantage les relations sino-américaines ainsi que la paix et la stabilité à travers le détroit de Taiwan », a déclaré ce dernier.

Zhao Lijian a réagit à la rencontre virtuelle qui a eu lieu entre le vice-dirigeant de Taiwan Lai Ching-te et la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi. Cette dernière aurait exprimé son inquiétude concernant le statut et la sécurité du détroit de Taiwan, ainsi que les droits de l’homme en Chine.

Elle aurait également soutenu l’adhésion de Taiwan aux organisations internationales, en particulier l’Organisation mondiale de la santé (OMS), assurant qu’elle avait personnellement insisté auprès du Secrétaire général de l’OMS pour que Taïwan rejoigne l’organisation.

« La Chine rejette toute forme d’interaction officielle entre les Etats-Unis et Taiwan, et a déposé une représentation solennelle auprès de la partie américaine concernant les rencontres virtuelles entre Lai Ching-te et les législateurs américains, et d’autres personnes, lors du « transit » de Lai par les Etats-Unis », a indiqué le porte-parole.