lundi, mai 27

Pékin en colère contre les ministres des Affaires étrangères du G7

La Chine a accusé le 18 avril les chefs de la diplomatie des pays du G7, réunis au Japon, de la « calomnier » et de la « salir » après un communiqué très critique sur les politiques chinoises.

« La réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 n’a tenu aucun compte ni de la position solennelle de la Chine ni des faits objectifs », a déploré Wang Wenbin, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« Elle s’est immiscée dans les affaires intérieures de la Chine, a calomnié et sali la Chine », a-t-il souligné devant la presse, exprimant le « vif mécontentement » de Pékin.

Des points de discordes évoqués dans le communiqué du G7

Wang Wenbin a réagit au communiqué final des chefs de la diplomatie du groupe de sept pays développés (France, Japon, États-Unis, Canada, Allemagne, Italie, Royaume-Uni), dans lequel ils évoquent leurs inquiétudes vis-à-vis de Taïwan, de la mer de Chine méridionale, du Xinjiang et du Tibet.

Le G7 a notamment mis en garde la Chine contre ses revendications territoriales en mer de Chine méridionale, estimant qu’elles n’ont « pas de base juridique ».

Lire aussi : Le G7 uni face à la Chine

« Entre les lignes, ce communiqué est rempli d’arrogance, de préjugés et de l’intention malveillante de s’opposer à la Chine et d’enrayer » son développement, a-t-il souligné. Wang Wenbin a indiqué que la Chine a protesté par voie diplomatique auprès du Japon, hôte de la réunion du G7.

La question tendue de Taiwan

Le G7 a jugé « indispensable » le maintien de la paix dans le détroit de Taïwan, où la Chine a récemment effectué des manœuvres militaires après la rencontre entre la dirigeante taïwanaise Tsai Ing-wen et un haut responsable américain.

Lire aussi : Taiwan : rencontre confirmée entre Kevin McCarthy et la dirigeante taïwanaise

La Chine estime que Taïwan est l’une de ses provinces, qui n’a pas encore été réunifié avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949. Pékin maintient une pression militaire et économique sur Taipei depuis l’arrivée au pouvoir en 2016 de Tsai Ing-wen, issue d’un parti pro-indépendance.

« Pour vraiment maintenir la paix dans le détroit de Taïwan, ce qu’il faut faire, c’est s’opposer clairement et stopper toute initiative visant à obtenir l’indépendance de Taïwan », a souligné Wang Wenbin en réponse en G7.

Sur la mer de Chine méridionale, le porte-parole a estimé que la situation actuelle était « stable dans l’ensemble » et appelé le G7 à ne pas « semer la discorde entre les pays de la région » avec leurs déclarations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *