En visite à l’Université de Maurice, le 29 octobre 2014, He Yafei, vice-ministre des Affaires étrangères de Chine, a évoqué la place de l’île Maurice dans la politique étrangère du pays envers l’Afrique. Pour ce dernier, « Maurice est une passerelle pour les pays africains vers la Chine ».

Dans son allocution, le vice-ministre a indiqué que « le gouvernement chinois s’est engagé à entrer dans une nouvelle ère de réforme et d’ouverture. De ce fait, nous voulons élargir la coopération sino-africaine dans tous les domaines, prendre des mesures afin d’aider l’Afrique et promouvoir les coopérations économiques et commerciales ».

En effet, l’Afrique est un partenaire commercial stratégique pour la Chine, qui depuis 2009, est est devenue le premier partenaire commercial du continent africain. Les investissements directs chinois ont atteint, en 2013, 25 milliards de dollars (soit plus de 21 milliards d’euros)et plus de 2500 entreprises chinoises y investissent.

Le commerce entre l’Afrique et la Chine s’élève à 210 milliards de dollars (plus de 182 milliards d’euros). Ces échanges devraient s’intensifier dans les années à venir, en raison des besoins croissants de la Chine et du développement économique du continent.

Raison pour laquelle, He Yafei a expliqué qu’« en achetant des produits chinois bon marché, le peuple africain peut jouir d’une meilleure qualité de vie ». Afin de renforcer les secteurs de l’innovation et de l’exportation des pays africains, la Chine a décidé de créer des zones de coopération économique et commerciale dans les pays tels que l’Angola la Zambie, le Nigeria, l’Égypte, l’Éthiopie ainsi que Maurice (avec le projet Jin Fei).

« Maurice n’est pas seulement une passerelle vers l’Afrique, mais aussi une passerelle pour les pays africains vers la Chine« , pour qui l’île a une position stratégique dans l’océan Indien. D’autant plus que le pays a désormais la capacité et la volonté d’offrir des services offshore vers le continent africain.

« Par ailleurs, les Mauriciens maîtrisent bien l’anglais et le français. Beaucoup de pays n’ont pas cet avantage bilingue« , pour lui « pour qu’une économie soit durable, le secteur manufacturier est la clé ».

« Après avoir visité une entreprise mauricienne, je dois avouer que Maurice est parmi les industries de textile les plus avancées au monde », a indiqué le vice-ministre chinois, cité par site Le Défi Média.