L’assemblage d’un nouveau porte-avions fabriqué par la Chine a pris fin, devenant le second bâtiment de ce genre après le Liaoning, un navire soviétique rénové par le ministère de la Défense.

« La marine chinoise deviendra plus forte avec un nouveau porte-avions – le deuxième de la flotte chinoise« , avait annoncé en décembre 2015, le représentant officiel du ministère de la défense, Yang Yujun.

« Tout le monde sait que le premier porte-avions qui est à la disposition de la Marine chinoise est le ‘Liaoning’. Les départements concernés ont examiné la question de tous les angles, et ils ont déclenché des travaux de recherche-développement. Pour le moment, on a entamé la phase du perfectionnement de sa conception et de la construction« , avait indiqué ce dernier.

Cela n’exclu pas la volonté de la Chine de construire ses propres bâtiments. Ainsi, le travail de construction du premier porte-avion conçu intégralement par la Chine a pris fin, d’après le porte-parole du ministère de la défense, Wu Qian.

Ce dernier a indiqué que des ouvriers installent actuellement des équipements à bord du navire. Selon les média, le nouveau vaisseau est différent du Liaoning, unique porte-avions détenu par la Chine à ce jour. Ce nouveau porte-avion sera doté d’une installation de production d’énergie classique et non nucléaire.

Plus grand que le premier, Liaoning, le ministère chinois de la Défense a annoncé fin décembre 2015 avoir lancé la construction de ce second porte-avions. Ce vaisseau viendra développer l’effectif de la Marine, notamment depuis la montée des tensions en mer de Chine méridionale.

Adopté en septembre 2012, le « Liaoning » a prit le nom de la province où il a été rénové et réaménagé. Ancien porte-avions soviétique, le « Varyag » a été acheté à l’Ukraine en 1998, au prix de la ferraille.

Initialement, le gouvernement voulait en faire un casino flottant, mais le « Liaoning » dispose d’un pont d’envol de 14’700 m² avec une piste axiale relevée à l’avant et un tremplin à l’origine de 12 degrés et une piste oblique.

Doté de brins d’arrêt et de catapultes, il possède 3 déflecteurs de jet permettant d’installer 3 avions en position de décollage et 10 zones d’atterrissage pour des hélicoptères. Son hangar fait 153m de long, 26m de large et 8m de haut, pouvant héberger entre 30 et 50 aéronefs. Le navire transporte 2’500 tonnes de carburant, ce qui lui permet de générer entre 500 et 1’000 sorties d’avions et d’hélicoptères.

Raison pour lesquelles, le gouvernement a décidé de le conserver, car il peut déplacer 53’000 tonnes, d’une taille de 304.5m de longueur et de 75m de largeur. Le navire atteint une vitesse de 32 nœuds, avec une autonomie de voyage de 45 jours. Équipé de 3 systèmes d’artillerie anti-aériens, de 3systèmes de missiles anti-aériens et de 2 rampes verticales de lancement d’engins anti-sous-marins.