La première arrestation après la promulgation de la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong a eu lieu le 1er juillet.

Un homme trouvé en possession d’un drapeau en faveur de l’indépendance de Hong Kong est la première personne à avoir été arrêtée, a annoncé la police le 1er juillet. « Un homme a été arrêté en possession d’un drapeau pour l’indépendance de Hong Kong dans le quartier de Causeway Bay, en violation de la loi sur la sécurité de l’État », a écrit la police de Hong Kong sur leur compte Twitter.

Dans leur message sur Twitter, une photo montre un homme interpellé par les forces de l’ordre et du drapeau, ils ont souligné qu’il s’agissait de la première arrestation depuis l’entrée en vigueur de ce texte à Hong Kong.

Dans la journée du 1er juillet, la police hongkongaise a annoncé avoir arrêté au moins 180 personnes, dont sept en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité nationale, alors que des milliers de manifestants ont défié l’interdiction de se rassembler pour le 23ème anniversaire de la rétrocession de la ville à la Chine.

La police de Hong Kong a aussi appréhendé «pour participation à des rassemblements non autorisés, trouble à l’ordre public, possession d’armes offensives et autres infractions connexes», a écrit la police sur son compte Twitter, précisant que sept d’entre eux l’ont été «pour violation présumée de la loi sur la sécurité nationale».

Promulguée le 30 juin par le président chinois Xi Jinping après avoir été adoptée par le Comité permanent du Parlement, une instance soumise au Parti communiste chinois (PCC), la nouvelle loi permet de réprimer quatre types de crimes contre la sécurité de l’État à Hong Kong : les activités subversives, la sécession, le terrorisme et la collusion avec des forces étrangères.

La loi est accusée par ses détracteurs d’être une tentative d’étouffement de l’opposition à Hong Kong. Elle prévoit que la justice chinoise est compétente pour les atteintes «graves» à la sécurité et la prison à vie pour les crimes contre la sécurité nationale.