«Maurice joue un rôle très important dans les relations sino-africaines», a déclaré Gao Yuchen, ancien ambassadeur de Chine à Maurice et membre du Comité des Affaires étrangères de l’Institut Charhar.

Ce dernier a assisté au Colloque sur la diplomatie publique et les relations sino-mauriciennes, placé sous le signe de la paix et du développement, à l’hôtel Intercontinental à Balaclava. Ce colloque des 13 et 14 avril 2018 accueille des diplomates, professeurs d’universités, économistes et des financiers, qui débattent de la paix et du développement, ainsi que l’investissement financier, le tourisme et la technologie …

Initiateur de l’évènement, l’Institut Charhar est un groupe de réflexion indépendant en Chine qui se concentre sur la diplomatie, la paix, la réconciliation et les relations internationales. Fondé en octobre 2009 par Han Fangming, vice-président du Comité des affaires étrangères de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC), l’institut compte sur le soutien de plus de 40 organisations internationales.

La diplomatie sino-mauricienne passe par «La Ceinture et la Route»

Nouvelle route de la soie

Ce colloque de deux jours est organisé par l’Institut Charhar et la Fondation mauricienne de la Route de la Soie maritime du XXIe siècle. Pour l’ancien ambassadeur, «on ne peut pas parler de la diplomatie publique chinoise sans mentionner l’initiative La Ceinture et la Route».

Ce dernier a précisé que «plusieurs accords significatifs ont été signés avec des pays comme l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie. L’Afrique du Sud et Madagascar vont jouer un rôle très important pour la Route de la Soie maritime, ainsi que le Mozambique et d’autres pays de l’Afrique australe. Sur le continent, la ligne ferroviaire Mombassa-Nairobi, financée par la Chine, a été inaugurée en mai 2017 alors que d’autres projets, dont la ligne ferroviaire Lagos-Ibadan et un parc industriel en Afrique du Sud, sont en voie de concrétisation. A Maurice, la zone industrielle Jin Fei avance à grands pas».

Pour ce dernier, l’île Maurice bénéficie d’une situation géographique privilégiée, raison pour laquelle, «le pays joue un rôle important dans les relations diplomatiques régionales et internationales. De plus, les relations entre la Chine et Maurice ont toujours été fructueuses. Le projet d’accord de libre-échange entre Maurice et la Chine, actuellement en discussion, montre que Maurice est un pays très compétitif au sein de l’Afrique».

«Le gouvernement mauricien est ravi»

Projet phare de la coopération sino-mauricienne : Jin Fei

Alain Wong, ministre mauricien de l’intégration sociale et de l’autonomisation économique, qui représentait le gouvernement mauricien, a exprimé «la fierté pour Maurice d’avoir été choisie pour accueillir ce colloque».

«Il y a un intérêt pour trouver de nouveaux moyens pour accroître les relations sino-africaines. La Chine est la plus grande puissance économique présente en Afrique et il est normal qu’elle maximise ses chances de réussite sur le continent», a assuré le ministre mauricien.

D’ailleurs, «le gouvernement mauricien est ravi de voir que l’Institut Charhar ne s’intéresse pas seulement à l’économie, mais aussi à la paix et le dialogue entre les pays et les citoyens. Cela peut éviter des situations de crise et des conflits. Les ONG peuvent aider à l’implication de la société civile dans la politique et la gestion des affaires d’un pays»