« S’accommoder de la Chine est inévitable »

par | Juin 29, 2021 | Chine-Etats-Unis, OPINIONS, Project Syndicate, Selection de la rédaction

De Project Syndicate, par Andrew Sheng et Xiao Geng – Dans leur dernier communiqué, les dirigeants de l’OTAN ont déclaré que la Chine présentait « des défis systémiques à l’ordre international fondé sur des règles ».

Cliquez pour en savoir plus sur les relations entre la Chine et les Etats-Unis

La réponse de la mission de la Chine auprès de l’Union européenne était claire : « Nous ne présenterons de ‘défi systémique’ à personne, mais si quelqu’un veut nous poser un ‘défi systémique’, nous ne resterons pas indifférents ». Une telle rhétorique du tac au tac est inutile, et la plupart de la population mondiale ne veut probablement pas qu’elle s’intensifie. Pourtant, l’escalade devient chaque jour plus probable.

C’est en grande partie parce que la Chine est l’un des rares domaines politiques où le président américain Joe Biden a largement soutenu l’approche de son prédécesseur, Donald Trump : rivaliser avec acharnement, coopérer si nécessaire et affronter si nécessaire. Ainsi, comme l’implique la réponse de la Chine au communiqué de l’OTAN, elle a adopté sa propre réponse en trois volets : ne cherchez pas le combat, n’ayez pas peur de vous battre et combattez si nécessaire.

L’OTAN n’est pas le seul forum où Joe Biden pousse l’approche américaine. Lors du récent sommet du G7 et lors de sa rencontre avec les dirigeants de l’UE, Joe Biden a également cherché à convaincre les alliés des États-Unis de former un front uni contre la Chine (et la Russie).

Le sénateur américain Bernie Sanders voit le problème. Il a récemment averti qu’en présentant la Chine comme une menace existentielle, l’establishment politique américain « battait le tambour » pour une nouvelle guerre froide, qui n’aura pas de vainqueur. Comme il l’a dit, organiser la politique étrangère des États-Unis autour d’une «confrontation mondiale à somme nulle avec la Chine» serait «politiquement dangereux et stratégiquement contre-productif».

L’approche erronée de l’Amérique envers la Chine est enracinée dans une croyance durable dans le concept de sécurité nationale absolue. Mais, bien que cela ait pu être un objectif raisonnable pour les États-Unis dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, lorsque le pays était à la tête d’un ordre mondial unipolaire, ce n’est pas réaliste dans le système multipolaire d’aujourd’hui.

Dans le monde d’aujourd’hui, tenter de «contenir et confronter» ceux qui ont des valeurs ou des systèmes différents, plutôt que de négocier un nouveau pacte mondial qui les accommode, est une recette pour le conflit. Cela entrave certainement la capacité de poursuivre un engagement et une coopération économiques mutuellement bénéfiques sur des défis communs tels que le changement climatique. Comme l’a noté un porte-parole de l’ambassade de Chine à Londres après le sommet du G7, «l’époque où les décisions mondiales étaient dictées par un petit groupe de pays est révolue depuis longtemps».

Mais le problème est plus profond : même au sein de ce « petit groupe de pays », des décisions comme la poursuite d’un conflit avec la Chine ne reflètent pas nécessairement la volonté de la majorité. Comme l’a fait valoir Joseph E. Stiglitz, les États-Unis ressemblent aujourd’hui plus à une ploutocratie – avec les 1% des revenus les plus riches capables de diriger la plupart des politiques publiques en leur faveur – qu’à une démocratie représentative.

Rencontre entre Jiechi Yang et Antony Blinken

Si les 1% les plus riches d’un pays qui représente 5% de la population mondiale poussent les deux plus grandes économies au conflit, le monde entier en souffrira énormément, la grande majorité des gens n’ayant pas voix au chapitre. Si les États-Unis et leurs alliés occidentaux croient sincèrement en la démocratie, ils devraient trouver cela inacceptable.

Une meilleure approche – et qui reflète les valeurs que les démocraties libérales occidentales prétendent chérir – tiendrait compte des intérêts d’« Une Terre », englobant toute l’humanité et la planète dont nous dépendons. Cela signifie élargir notre perspective au-delà de la sécurité nationale pour poursuivre la sécurité mondiale – le plus grand bien pour le plus grand nombre – et veiller à ce que chaque être humain ait son mot à dire dans la détermination de notre avenir collectif.

Nous ne plaidons pas pour un gouvernement mondial. Les sciences naturelles et sociales ont montré la fragilité de la monoculture. Dans la civilisation humaine, comme dans la nature, la diversité apporte stabilité et progrès. Même la concurrence peut être une bonne chose, mais seulement si elle est contrebalancée par une coopération efficace, et que la violence, contre les humains ou l’environnement, est évitée.

Alors, comment un système One Earth serait-il réalisé ? Des mécanismes de rétroaction ascendants, rendus possibles par la technologie, seront cruciaux. L’objectif doit être de briser les silos que les élites mondiales, aidées par un langage abscons, ont traditionnellement créé. Cela permettrait à plus de personnes – ayant une expertise dans plus de domaines – de contribuer aux discussions.

Les bénéfices d’une telle approche sont mis en évidence par la tension entre la pensée économique traditionnelle – axée sur toujours plus de consommation, d’investissement et de croissance – et les impératifs environnementaux, comme la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la protection de la biodiversité. Dans un système One Earth, plus une « bonne chose » peut souvent être très mauvaise.

L’approche obsolète et cloisonnée se reflète également dans le récit facile selon lequel les États-Unis et la Chine sont enfermés dans un « choc des civilisations ». Les empires s’affrontent. Les civilisations devraient être « civiles » les unes envers les autres, notamment parce que nous partageons tous la même Terre.

À cette fin, les dirigeants doivent aller au-delà d’une focalisation étroite sur la sécurité nationale pour des discussions larges et inclusives sur la façon d’assurer la sécurité mondiale, sous forme de paix, de stabilité, de nutrition adéquate et de durabilité environnementale. Mais, d’abord, les États-Unis doivent renoncer à contenir la Chine et commencer à l’accommoder.

Andrew Sheng

Xiao Geng

Andrew Sheng est Distinguished Fellow à l’Asia Global Institute de l’Université de Hong Kong et membre du Conseil consultatif du PNUE sur la finance durable. Xiao Geng, président de la Hong Kong Institution for International Finance, est professeur et directeur du Research Institute of Maritime Silk-Road de la Peking University HSBC Business School.

Copyright: Project Syndicate, 2021.
www.project-syndicate.org

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :