China Petroleum & Chemical Corporation (Sinopec) a achevé la construction du premier projet chinois de captage, d’utilisation et de stockage de carbone (CCUS) à grande échelle, le champ pétrolifère de Qilu-Shengli (le « projet ») le 29 janvier, qui réduira les émissions de carbone d’un million de tonnes par an, l’équivalent de la plantation de près de 9 millions d’arbres et de l’arrêt de 600 000 voitures économiques.

En tant que plus grande base de démonstration de l’ensemble de la chaîne industrielle chinoise de CCUS et référence de l’industrie, ce projet prévoit d’augmenter la production de pétrole de 2,965 millions de tonnes au cours des 15 prochaines années.

Il constitue une étape essentielle pour le développement à grande échelle du CCUS en Chine et la construction d’un modèle de «cycle de carbone artificiel» afin d’augmenter les capacités de réduction des émissions de carbone de la Chine à mesure que le pays progresse pour atteindre les objectifs de « double carbone », à savoir atteindre le pic des émissions de carbone d’ici 2030 et la neutralité carbone d’ici 2060.

La construction du projet a été lancée en juillet 2021 et comprend deux volets : le captage du dioxyde de carbone de Sinopec Qilu, ainsi que le déplacement et le stockage du dioxyde de carbone du champ pétrolifère de Shengli. Le dioxyde de carbone capturé par Sinopec Qilu sera transporté vers le champ pétrolifère de Shengli pour un déplacement et un stockage ultérieurs au moyen d’un mode de transport vert, ce qui permettra de réaliser une utilisation intégrée du captage, du déplacement et du stockage du carbone afin de sceller le dioxyde de carbone sous terre et d’expulser le pétrole, transformant les déchets en trésor.

Sinopec Qilu a récemment construit une unité de récupération et d’utilisation du dioxyde de carbone liquide d’une capacité de 1 million de tonnes par an, qui comprend une unité de compression, une unité de réfrigération, une unité de raffinage et de liquéfaction et des installations de soutien pour récupérer le dioxyde de carbone du gaz résiduaire de l’usine de transformation du charbon en hydrogène avec un taux de purification de plus de 99%.

Parallèlement, le champ pétrolifère de Shengli applique le principe de miscibilité facile du dioxyde de carbone supercritique avec le pétrole brut pour construire 10 stations d’injection de gaz sans surveillance dans le champ pétrolifère de Zhenglizhuang pour injecter du dioxyde de carbone dans les 73 puits voisins et augmenter ainsi la fluidité du pétrole brut et améliorer la récupération du pétrole, tout en adoptant un pipeline fermé pour le transport du pétrole et du gaz afin d’améliorer le taux de séquestration du dioxyde de carbone.

En commençant très tôt la R&D et la construction du CCUS, Sinopec a développé son propre système technologique de CCUS qui a obtenu de bons résultats en améliorant la récupération du pétrole brut et en réduisant les émissions de carbone. Certaines des technologies de capture occupent d’ailleurs une place de leader à l’échelle nationale et un niveau avancé dans le monde.

La technologie de captage de dioxyde de carbone à faible pression partielle de Sinopec a été utilisée avec succès dans plus de 50 unités d’appareils de 16 provinces et villes de Chine, capturant plus de 200 000 tonnes de dioxyde de carbone chaque année. L’entreprise s’est attaquée à de multiples problèmes technologiques clés.

En procédant activement à des essais dans les bassins miniers de l’est de la Chine et dans les champs pétrolifères de Shengli et en explorant le mode de développement de l’injection miscible à haute pression de dioxyde de carbone, Sinopec a résolu efficacement le problème de l’injection difficile d’eau et de la production de puits de pétrole dans des réservoirs à très faible perméabilité.

Il a proposé le mode de développement innovant de l’injection de dioxyde de carbone par « coordination de déplacement du débit » pour développer efficacement des petits réservoirs étanches. Sinopec a également construit en Chine la première base de déplacement, d’utilisation cyclique et de stockage de gaz d’échappement de la raffinerie industrielle de réservoir de pétrole à haute teneur en eau dans le champ pétrolifère de Sinopec Zhongyuan.

Grâce à une étude systématique des sources d’émissions de dioxyde de carbone à grande échelle en Chine, Sinopec a étudié et rédigé la méthode d’évaluation du potentiel du CCUS et établi la base de données Sinopec sur les sources et les puits. À ce jour, Sinopec a mis en œuvre 36 projets d’injection de dioxyde de carbone.

Sinopec cherche à faire avancer les constructions et à réaliser le développement industrialisé du CCUS. Sinopec construira un centre de R&D du CCUS pour se concentrer sur les percées technologiques de pointe, notamment l’intégration du CCUS aux nouvelles énergies, à l’énergie hydrogène et à l’énergie de biomasse.

L’entreprise cherche à faire progresser les applications technologiques telles que la production de dioxyde de carbone de produits chimiques de grande valeur et la minéralisation et l’utilisation du dioxyde de carbone afin de réaliser des percées dans les technologies de base et de résoudre les goulots d’étranglement des équipements dans le captage, le transport, l’utilisation et le stockage du carbone.

Avec l’objectif de construire un système d’innovation technologique pour le dioxyde de carbone de « développement technologique – démonstration et industrialisation de projets de construction », Sinopec va étendre la chaîne industrielle de séquestration du carbone propre et jettera les bases de l’innovation technologique en matière de réduction des émissions de carbone.

Entre 2021 et 2025, Sinopec va construire un autre projet de démonstration de CCUS à grande échelle en partenariat avec Sinopec Nanjing Chemical Industries Co., Ltd. dans ses gisements de pétrole et de gaz de Sinopec East China et de Sinopec Jiangsu Oilfield affiliés afin de parvenir à un développement industrialisé du CCUS et d’élargir les perspectives à mesure que la Chine progresse pour atteindre le pic de carbone et la neutralité carbone.