jeudi, février 8

Étiquette : énergie fossile

Pourquoi la Chine ne se défait pas du charbon ?
Energies, TERRE

Pourquoi la Chine ne se défait pas du charbon ?

Le site d’information Lalibre.be a donné les raisons pour lesquelles la Chine ne pourra pas se défaire totalement du charbon, alors qu'elle investit massivement dans les énergies renouvelables. La Chine est à la fois le pays qui construit à lui seul le plus de centrales utilisant cette énergie fossile, et celui qui investit le plus dans les énergies nouvelles. Un paradoxe souvent pointé du doigt mais qui s’explique. En effet, la Chine peine à se défaire du charbon, qui est un combustible fossile polluant, car cette énergie garanti un approvisionnement(1) suffisant à l’ensemble du pays. En effet, près de 60% de l'électricité en Chine est produite à partir du charbon. La Chine s’est pourtant engagée à atteindre le pic de ses émissions carbonées d'ici 2030, puis la "neutralité carbone" ...
« La Chine cherche à jouer un rôle important dans le secteur pétrolier et gazier africain »
Afrique, MONDE

« La Chine cherche à jouer un rôle important dans le secteur pétrolier et gazier africain »

Jude Kearney, président du comité États-Unis / Afrique de la Chambre africaine de l'énergie (EnergyChamber.org), a expliqué dans une tribune publiée par APO Group, ce que la transition politique américaine pourrait signifier pour l'Afrique en général et son secteur pétrolier et gazier en particulier. Dans son analyse, ce dernier a mit en exergue "Le rôle de la Chine en Afrique : l’Afrique demande la faveur de l’attention des États-Unis et les pratiques commerciales américaines comme alternatives". Si une politique strictement anti-hydrocarbures domine la position des États-Unis à l’égard des économies africaines, les États africains n’ont guère d'autre choix que de s'opposer à de telles politiques qui feraient essentiellement fi de la principale source de survie économique du con...
Qu’arrive-t-il à l’industrie africaine de l’énergie si les prêteurs occidentaux ne financent plus
Afrique, Tribunes - Analyses

Qu’arrive-t-il à l’industrie africaine de l’énergie si les prêteurs occidentaux ne financent plus

Par NJ Ayuk, président, Chambre africaine de l'énergie (EnergyChamber.org) - Qu'arrive-t-il à l'industrie africaine de l'énergie si les prêteurs occidentaux ne financent plus les projets de combustibles fossiles ? Il y a un peu plus d'un an, en novembre 2019, la Banque européenne d'investissement (BEI) a déclaré son intention de supprimer progressivement le financement des énergies fossiles. Plus précisément, elle a déclaré qu'elle n'accorderait plus de prêts pour des projets impliquant du pétrole brut, du gaz naturel et du charbon à compter du 1er janvier 2022 (à quelques rares exceptions près pour les projets gaziers qui répondent à des critères environnementaux rigoureux). En faisant cette annonce, la BEI est entrée dans l'histoire. Elle est devenue la première grande instituti...
La Chine construit de nouvelles usines à charbon
Energies, TERRE

La Chine construit de nouvelles usines à charbon

Les autorités chinoises ont annoncé leur intention de construire de nouvelles centrales électriques à charbon dont la capacité équivaut à celle de toute la production de l'Union Européenne. Cette décision contredit les engagements du pays en matière de lutte contre le changement climatique. Selon une étude de l'ONG américaine Global Energy Monitor, la Chine, premier émetteur mondial de CO2, va construie des usines entre janvier 2018 et juin 2019. Elles représenteront une capacité totale de près de 43 gigawatts, annulant la baisse des émissions réalisées par le reste du monde. Les chercheurs ont alerté sur le fait qu'une hausse de la capacité énergétique de la Chine était incompatible avec l'engagement pris en 2015 lors de la COP21 à Paris, dont la Chine est signataire. A cette occ...
Les investissements de la BAII au Bangladesh pointés du doigt
Environnement, MONDE

Les investissements de la BAII au Bangladesh pointés du doigt

Dans son rapport sur les investissements climatiques, la BIC Europe a pointé du doigt les investissements énergétiques de la BAII au Bangladesh, l'un des pays les plus vulnérables au climat du monde. Sur ses 405 millions de dollars d’investissements directs dans l’énergie dans le pays, rien n'a été consacré aux énergies renouvelables. LEs rapporteurs assurent que les investissements directs et indirects ont soutenu de nouvelles installations d'usines à gaz et la production d’énergie au mazout lourd. La BAII affirme que le gaz est une étape cruciale dans la transition du Bangladesh vers un avenir à plus faible émission de carbone et que, de surcroît, il ne peut pas financer uniquement les propositions présentées par le gouvernement. Or, le Bangladesh a pris des engagements ambitieu...
La BAII dans le viseur des militants climatiques
Environnement, MONDE

La BAII dans le viseur des militants climatiques

Des activistes du monde entier ont organisé des manifestations contre la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (BAII ou AIIB), afin de dénoncer ses investissements dans plusieurs projets internationaux à énergies fossiles, . La BAII a tenu sa première réunion annuelle - hors d'Asie - les 12 et 13 juillet en Europe, un continent qui a dû faire face en juin à des températures supérieures de plus de 6 à 10°C à la moyenne dans de nombreux pays, y compris en France, qui a connu sa journée la plus chaude jamais enregistrée à 45,9C. Alors que les membres de la BAII se réunissaient au Luxembourg, des citoyens inquiets ont pointé du doigt le bilan jugé "douteux" de la banque en matière de changement climatique . Des organisations, comme Youth for Climate, Big Shift...