Le nouveau président du Parti démocratique progressiste, Lai Ching-te, a déclaré qu’il « entend maintenir le statu quo ». Selon lui, Taïwan est « déjà un pays souverain et indépendant ».

Ce dernier a tenu ses propos le 19 janvier lorsqu’il est a été nouvellement élu président du parti au pouvoir à Taiwan.

Lai Ching-te est également vice-président de la République de Taïwan, le nom officiel de ce territoire insulaire d’environ 24 millions d’habitants, située de l’autre côté du détroit de Taïwan, au sud de la Chine continentale.

« Sous ma direction, le PDP maintiendra le statu quo existant, protégeant la paix sans compromettre l’avenir du peuple taïwanais », a écrit sur Twitter Lai Ching-te qui a entamé son mandat de chef du PDP, le 18 janvier.

La Chine considère Taïwan comme sa 23ème province, devant revenir sous le giron de Pékin. De son côté, Taipei préserve son indépendance depuis 1949 et assure vouloir conserver son statut actuel.

Lire aussi : Xi Jinping appelle à l’unité avec Taiwan

La Chine souhaite un « retour pacifique de Taïwan à la mère patrie », mais n’exclut pas le recours à la force pour unifier le détroit divisé. Cependant, Pékin affirme que les deux parties pouvaient travailler ensemble dans le cadre du modèle « un pays, deux systèmes ».

« Le PDP a été créé il y a 37 ans sous une dictature. Son objectif était clair : instaurer la démocratie à Taïwan. C’est pour moi un honneur de poursuivre ce travail avec le peuple taïwanais« , a-t-il déclaré.

Lai Ching-te a succédé à la présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, qui a cédé sa place après les mauvais résultats du Parti Démocrate et Progressiste aux élections locales de novembre 2022.