Pour la dirigeante de Taïwan Tsai Ing-wen, les exercices militaires de la Chine dans le détroit de Taïwan « démontrent que la Chine est une menace pour toute la région et ont montré encore plus clairement aux taïwanais la vraie nature du gouvernement chinois ».

Tsai Ing wen, dirigeante de la République de Chine

Les 18 et 19 septembre, plusieurs avions chinois ont traversé la ligne médiane du détroit de Taïwan et ont pénétré dans la zone d’identification de la défense aérienne de Taïwan, ce qui a obligé Taïwan à intercepter ces avions.

Lors d’une conférence de presse à Beijing sur les efforts de maintien de la paix de l’ONU par la Chine, la Chine a annoncé des exercices de combat près du détroit de Taïwan et dénoncé ce qu’elle a appelé la collusion entre l’île et les États-Unis.

Lire aussi : L’armée chinoise a mené un exercice de combat près du détroit de Taïwan

Les exercices ont eu lieu alors que le sous-secrétaire américain aux affaires économiques Keith Krach était à Taipei. Il est le second plus haut responsable du bureau du département d’État à venir Taïwan.

Lors d’un point presse, Tsai Ing-wen a déclaré : « je pense que ces activités n’aident en rien l’image internationale de la Chine, et de plus ont mis le peuple taïwanais encore plus sur ses gardes, comprenant encore mieux la vraie nature du régime communiste chinois »

« De plus, d’autres pays de la région ont également une meilleure compréhension de la menace posée par la Chine », a ajouté cette dernière, attestant que « les communistes chinois doivent se retenir et ne pas provoquer ».

L’armée de l’air chinoise a diffusé samedi une vidéo montrant les exercices de ses bombardiers H-6 à capacité nucléaire, qui ont participé à de nombreux survols chinois de Taïwan.

Lire aussi : L’armée chinoise diffuse une simulation d’attaque d’une base américaine

Interrogé sur ces images et la décision de la Chine de les diffuser pendant la visite de Keith Krach était à Taïwan, Tsai Ing-wen a déclaré que les activités récentes de la Chine constituaient une menace plus large que celle de Taïwan.

« L’existence de la Chine est en effet agressive et apportera une menace certaine », a attesté cette dernière. ¨Lors du Forum de Xiamen, dans le sud-est de la Chine, Wang Yang, président du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC), a réaffirmé que « l’indépendance de Taïwan était une impasse et que compter sur des étrangers pour se gonfler était prendre un risque par désespoir.

« Cela n’apportera à Taïwan que des risques qu’il ne peut pas supporter. Nous ne tolérerons aucun préjudice à la souveraineté, à la sécurité et aux intérêts du développement du pays », a assuré Wang Yang.

D’autres points de tension semblent probables avec Taïwan, alors que ce dernier et les États-Unis continuent d’approfondir leurs relations. D’ailleurs, Taïwan cherchant à conclure un accord de libre-échange.

En effet, Joseph Wu, ministre taïwanais des affaires étrangères, a indiqué que « Taïwan est déterminé à forger une relation économique plus étroite avec les Etats-Unis à travers la négociation d’un accord commercial bilatéral, alors que les deux partenaires recherchent de nouvelles façons de coopérer après la pandémie de Covid-19 ».

Ce dernier a indiqué lors d’un webinaire organisé par le Conseil d’Atlanta sur les relations internationales qu’un « dialogue économique et commercial de haut niveau doit se tenir prochainement, mené côté américain par le sous-secrétaire d’Etat pour la croissance économique, l’énergie et l’environnement Keith Krach ».

Il a assuré qu’il « est temps de renforcer les relations économiques taiwano-américaines dans tous les domaines à travers la signature d’un accord commercial ». De son côté, la ministre taïwanaise de l’Économie, Wang Mei-hua, a indiqué que Taïwan « prévoyait de tenir un dialogue économique formel avec les États-Unis, après avoir eu ce qu’elle a appelé des discussions informelles avec Keith Krach et son équipe sur des questions telles que la restructuration de la chaîne d’approvisionnement ».