« Taïwan ne cédera pas aux pressions de la Chine et défendra son système démocratique« , a déclaré la dirigeante de Taiwan, Tsai Ing-wen, après un nombre record d’incursions d’avions militaires chinois près de l’île ces derniers jours.

«Plus nous réalisons de choses, plus la pression exercée par la Chine est forte», a déclaré Tsai Ing-wen dans un discours prononcé à l’occasion de la fête nationale de Taïwan, le 10 octobre.

Lire aussi : Sans adhésion au Consensus de 1992 : pas de dialogue entre la Chine et Taïwan

«Personne ne peut forcer Taïwan à emprunter la voie que la Chine a tracé pour nous», a assuré la dirigeante, affirmant que Taiwan est « en première ligne pour défendre la démocratie ». 

« Nous espérons un assouplissement des (…) relations (avec Pékin) et n’agirons pas de manière irréfléchie, mais il ne faut absolument pas imaginer que le peuple taïwanais cédera aux pressions », a-t-elle ajouté.

Taïwan est dirigé par un pouvoir qui lui est propre depuis la victoire des communistes sur le Continent en 1949.  Depuis l’arrivée au pouvoir de la dirigeante Tsai INg-wen, membre du Parti Démocrate et Progressiste, les relations se sont tendues.

Toute communication officielle avec Taipei a été rompue depuis l’élection en 2016 de cette dernière, Pékin intensifiant la pression économique, diplomatique et militaire sur le territoire.

Lire aussi : Qu’est ce que le Consensus de 1992?

Récemment, les avions militaires chinois ont multiplié les incursions dans la zone d’identification de défense aérienne (Adiz) de l’île. 150 appareils militaires chinois sont entrés dans l’Adiz après le 1er octobre, date de la fête nationale en Chine.

Souhaitant apaiser la tension, Tsai Ing-en a proposé des pourparlers avec Pékin, qui les a rejetés. Elle a réitéré son appel à un dialogue « d’égal à égal » avec la Chine, ce 10 octobre, avertissant que tout ce qui pourrait arriver à Taïwan aurait des conséquences régionales et mondiales majeures.

De son côté, la Chine a assuré que «le retour de l’autorité du PDP au Consensus de 1992 est une condition préalable à l’amélioration des relations à travers le détroit de Taiwan».

Un porte-parole de Chine continentale a déclaré le 9 octobre que les relations entre les deux rives du détroit de Taiwan ne s’amélioreraient et ne se développeraient que lorsque l’autorité du Parti démocrate progressiste (PDP) à Taiwan reviendra à la politique de base instaurée par le Consensus de 1992 et «arrêtera les actions agressives visant l’indépendance».