Taïwan va organiser des exercices militaires simulant une «invasion ennemie» dans un contexte de tensions croissantes avec la Chine

Taïwan va mener des exercices militaires, en envisageant une attaque depuis la Chine continentale, dans le cadre d’exercices de guerre annuels comprenant des simulations informatiques ainsi que des exercices de tir réel, qui surviennent au milieu de vives tensions avec la Chine.

Taïwan effectuera la première étape de ses plus grands exercices militaires annuels, les exercices de Han Huang, entre le 23 et le 30 avril, a annoncé le ministère de la Défense de Taïwan, notant que la deuxième phase aurait lieu en juillet et comprendrait des manœuvres sur le terrain dans le monde réel.

Lire aussi : Taïwan met en place un nouveau plan pour contrer la Chine

«Les exercices sont conçus sur la base des menaces ennemies les plus dures, simulant tous les scénarios possibles d’invasion ennemie à Taïwan», a déclaré le général de division Liu Yu-Ping lors d’une conférence de presse, ajoutant que la partie simulée de l’exercice se déroulerait 24 heures sur 24.

Un communiqué de presse du ministère de la Défense a également déclaré que les exercices de tir réel prévus pour juillet 2021 se concentreraient sur le renforcement de «la défense aérienne globale, des opérations navales conjointes, de la préparation au combat, du décollage et de l’atterrissage des chasseurs sur piste» et des «opérations anti-atterrissage conjointes», entre autres choses.

L’annonce intervient peu de temps après que la Chine ait effectué une série d’exercices non loin de Taïwan, qu’elle considère comme une province rebelle de la Chine, affirmant que de telles manœuvres deviendraient bientôt une routine. Un groupe de navire, dont le porte-avions Liaoning, a transité à proximité de Taïwan, ce qui a incité Taipei à affirmer qu’un avion avait violé son espace aérien.

Lire aussi : Le porte-avions Liaoning réalise des exercices près de Taïwan

La Chine a organisé à plusieurs reprises des survols ces dernières semaines, Taïwan ayant signalé 20 avions au-dessus de son espace aérien en une seule journée le mois dernier.

Lire aussi : Des avions chinois mènent des exercices près de Taïwan, selon la Chine

De son côté, la marine américaine a envoyé son propre groupe aéronaval dans la mer de Chine méridionale peu de temps après l’opération chinoise, la deuxième visite de ce type cette année.

Washington a activement soutenu Taïwan dans sa longue dispute avec la Chine, acceptant en mars 2021 de mettre en place un «groupe de travail des garde-côtes», le premier accord de l’île avec l’administration Joe Biden.

Bien que le président américain Joe Biden n’ait pas encore reproduit la vague de ventes d’armes à Taïwan approuvée par l’ancien président Donald Trump, il a adopté un ton de plus en plus dur envers la Chine et s’emploie également à revitaliser l’alliance «Quad». Joe Biden a insisté à la fin mars pour qu’il tienne la Chine responsable des présumées transgressions à Hong Kong, Taïwan, et sa province du Xinjiang.

Composé des États-Unis, de l’Australie, du Japon et de l’Inde, le bloc a été créé comme rempart contre la Chine dans la région Asie-Pacifique, et relancé par l’ex-président Donald Trump après une longue interruption.