Interpellé par l’opposition et les médias chinois, les autorités taïwanais ont fini par présenter leur plan d’aide aux hongkongais, annoncé le 28 mai par Tsai Ing-wen.

Tsai Ing wen, dirigeante de la République de Chine

Fin mai, la dirigeante de Taïwan Tsai Ing-wen avait promis une aide et un soutien pro-actif pour ceux qui pourraient être punis par la nouvelle loi sur la sécurité nationale en raison de leurs activités militantes à Hong Kong.

Cette promesse se traduit désormais par la création d’un Bureau d’échanges et de services, qui sera ouvert le 1er juillet à Taipei (Taïwan) afin de porter assistance aux hongkongais, a annoncé le ministre des Affaires continentales, Chen Ming-tong.

Ce Bureau d’échanges et de services Taïwan-Hong Kong va mettre en œuvre le projet d’aide humanitaire à Hong Kong annoncé le 27 mai par dirigeante Tsai Ing-wen.

La préparation de ce projet a été accélérée, après l’adoption par le Parlement chinois d’une loi sur la sécurité nationale pour Hong Kong. Taïwan estime que cette loi « porte atteinte à la promesse faite par Beijing de laisser au territoire hongkongais un haut degré d’autonomie jusqu’en 2047 ».

Ce nouveau dispositif est placé sous l’égide du Conseil de coopération économique et culturelle Taïwan-Hong Kong, une organisation semi-officielle créée en 2010 pour gérer les contacts avec les autorités hongkongaises

« Le bureau viendra en aide aux Hongkongais souhaitant étudier, investir, développer une entreprise, rechercher un emploi ou émigrer vers Taïwan, y compris ceux qui fuient Hongkong pour des raisons politiques », a indiqué le ministre lors d’une conférence de presse.

Cette structure devrait également proposer des conseils aux entreprises et organisations non gouvernementales souhaitant s’implanter ou se relocaliser à Taïwan depuis Hong Kong. « Ce nouveau bureau viendra en aide aux Hongkongais dans le respect des lois en vigueur à Taïwan et de la sécurité nationale », a précisé Chen Ming-tong.

Taïwan ne possède pas de loi sur l’asile politique. Cependant, l’article 18 de la Loi régissant les relations avec Hongkong et Macao autorise Taïwan à offrir «l’assistance nécessaire» aux habitants de Hong Kong et Macao dont la sécurité et la liberté sont immédiatement menacées en raison de facteurs politiques, a rappelé le ministre.