Le ministère de la défense a annoncé avoir conduit avec succès un test d’interception de missile à l’aide de son système de défense au sol.

Ce test d’interception d’un missile balistique à portée intermédiaire a été effectué le 5 février et a « atteint l’objectif fixé », selon un communiqué du ministère. « Il s’agissait d’un test défensif, qui ne ciblait aucun pays » en particulier, insiste-t-il, sans donner plus de détails.

Ce test intervient alors que les tensions restent vives autour de la Corée du Nord, et après des échanges de déclarations belliqueuses entre Pyongyang et Washington.

Les Etats-Unis ont déployé en Corée du Sud un vaste bouclier anti-missile (Thaad), en dépit des vives objections de la Chine, qui estime que ce système entrave ses propres installations militaires.

Dans son discours annuel sur l’état de l’Union, le président américain Donald Trump a mis en garde contre « la complaisance et les concessions » face à la menace nucléaire nord-coréenne. Une remarque à demi-mot destiné aux autorités chinoises, accusées par Washington de ne pas mettre suffisamment la pression sur son voisin nord-coréen. Ce dernier a qualifié le régime de Kim Jong-Un de « dictature cruelle ».