Nouvelle montée de tensions entre la Chine et les États-Unis, au sujet de la situation au Tibet.

« La Chine a décidé de restreindre l’octroi de visas aux responsables américains qui se sont mal comportés en lien avec le Tibet », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

Ce dernier a réagit à des sanctions prises par Washington, en raison de la situation au Tibet. Les autorités américaines ont annoncé la restriction des visas des responsables chinois coupables d’empêcher un libre accès des étrangers au Tibet, région administrative spéciale de Chine.

« De façon regrettable, la Chine continue d’entraver systématiquement l’accès des diplomates et autres responsables américains, des journalistes et des touristes à la région autonome du Tibet ainsi qu’aux autres zones tibétaines », a justifié le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo.

À l’opposé, « les responsables de la République populaire de Chine et les autres citoyens (chinois) bénéficient d’un bien meilleur accès aux États-Unis », a assuré Mike Pompeo dans un communiqué.

En réponse, la Chine « s’oppose fermement à ces mesures », a déclaré Zhao Lijian, porte-parole de la Chine, rejetant « une ingérence » dans les affaires intérieures chinoises. Il a assuré que le Tibet était « ouvert » aux étrangers et recevait chaque année des milliers de visiteurs internationaux, dont l’an dernier l’ambassadeur des États-Unis à Pékin, Terry Branstad.

La mesure américaine concerne tous les responsables, ayant un lien avec la politique de la Chine au Tibet. Côté chinois, Zhao Lijian n’a pas précisé quel type de responsables américains serait frappé de sanctions.